Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #bresil tag

La traversée du Pantanal - Sud-ouest Brésil - février 2016

6 Juin 2016 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #film, #Pantanal, #bolivie, #Brésil, #Amérique du sud

La traversée du Pantanal - Sud-ouest Brésil - février 2016

Le PANTANAL est une région qui se répartit entre le Brésil,le Paraguay et la Bolivie .Mosaïque trés complexe de lacs,de lagunes,de marais,de rivières,de savanes inondées,de palmeraies,de forêts sèches et de collines .Il est l' habitat de grandes quantités d' espèces végétales et animales .Il héberge au moins 197 espèces reconnues de poissons,plus de 70 espèces d' amphibiens et de reptiles,plus de 300 espèces d' oiseaux et plus de 50 espèces de grands mammifères .Il a vu passer dans le courant du mois de février et mars 2016, deux grands mammifères de l'espèce Homo-bicyclétus, plus connus sous le nom vulgarisé de Terres En Roues Libres ......

Voir notre reportage filmé ci joint !!!

Lire la suite

Brésil 2016 Traversée du Pantanal Mato Grosso Do Sul

8 Février 2016 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #Brésil, #Amérique du sud, #Pantanal

Miranda ,
Estato dé Mato grosso do sul . Brésil .

La Traversée du Pantanal
Le 8 février 2016 .

Cette journée de repos et d'intendance est arrivée plus tôt que prévu ... Ce
matin nous avons jugé opportun de ne pas reprendre nos bicyclettes afin de remettre à jour le " basique " .
Qu'est-ce que le basique me direz-vous ? Et bien c'est la première intendance , l'intendance quotidienne , lessive ,approvisionnements et" mise à jour " des bicyclettes . Parce que nos trois derniers jours de route ont été particulièrement exigeants ...
L'étuve de cet immense marais de 220 km a eu raison du peu de linge dont nous disposons . Il est vrai que la pluie incessante en cette saison a fini de nous rincer ... Mais cycloter sous les orages tropicaux par 30° nous a évité les hallucinantes températures de la semaine dernière . Nous étions ravis .
Cette traversée du Pantanal nous la redoutions tellement que nous avions prévu de monter dans le train aussitôt la frontière bolivio-brésilienne franchie . C'est en arrivant à Corumba au Brésil que nous apprenons que la ligne Corumba-Miranda n'existe plus depuis une dizaine d'année ...
Très vite , nous comprenons que ce milieu est hostile , très hostile ! La présence des nombreux crocodiles et serpents écrasés ( tous d'une taille supérieure à deux mètres ) sur la route nous invite à ne pas envisager un campement , même à l'arrach ! Le talus sur lequel est posée la route est de toute façon bien étroit . Nous camperons alors une première fois au
bord du fleuve Paraguay . Notre nouvelle moustiquaire nous permet de dormir correctement mais il est impossible de sortir de la tente car une centaine de moustiques s'y engouffre aussitôt . La toiture en ruine de cette ancienne véranda qui nous abrite ce soir n'est pas suffisante pour nous protéger de la pluie matinale et nous plions notre campement sous les dernières nuées de moustiques .
Nous demanderons le soir au poste de police du kilomètre 120 de pouvoir planter notre tente derrière leur immense moustiquaire ... La police brésilienne est bienveillante . Nous le savions depuis notre premier séjour en 2014 . Ainsi cette deuxième nuit de notre épique traversée du Pantanal se passera bien ... malgré les scolopandres et les mygales toujours à redouter .
Déjà la semaine dernière une énorme mygale traversa entre les tasses à café , le pain et le miel du petit déjeuner . C'est agacant .
Le Pantanal est un immense marécage en zone subtropicale humide . La route Corumba Miranda le borde par le sud . Nous reprendrons cette même route pour revenir à Santa Cruz prendre notre avion du 14 mars pour la France .

Lire la suite

album-photo-brésil

2 Octobre 2014 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #album, #Album Photo, #Brésil, #article

album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
album-photo-brésil
Lire la suite

Brésil , état de Rio Grande do Sul

1 Octobre 2014 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #article, #Brésil

Brésil , état de Rio Grande do Sul

L'hôtel où nous avons échoué hier est resté " dans son jus " depuis une cinquantaine d'années et le bégonia grimpant devant la fenêtre nous protège des regards de la cour intérieure . La treille , dépourvue de végétation en cette saison , laisse passer le doux soleil d'hiver qui accentue les tons chauds et patinés des vieux enduits qui s'effritent . Au centre du patio , sur le puits , une pancarte rappelle aux clients que nous sommes bien à l'hôtel Brazil . Autour du puits , posés en cascade sur deux escabeaux , de vieux pots de peinture accueillent des fleurs . La plupart nous sont inconnues . Notre chambre comme les autres , ouvre directement sur la cour , il est agréable d'avoir nos bicyclettes sous notre fenêtre .
L'ambiance pension de famille de ce vieux bâtiment du centre ville nous a immédiatement séduit . Désuète , la "récepção" est prête à recevoir les visiteurs si l'hôtel devient prochainement un musée . Notre voisin de chambre, qui vit ici à l'année nous expliquera , très fier , que l'hôtel a plus de cent ans .

Brésil , état de Rio Grande do Sul

Nous sommes ici dans l'état de Rio Grande do sul à São Gabriel ( 65 000 hs Wikipédia ) après 13 jours passés en liberté ( 9 nuits en camping sauvage et 4 chez l'habitant ) . Escale technique forcée pour notre première panne importante depuis 3 ans . La jante arrière de Modestine c'est fendue . Anormal pour une jante Mavic de 8000 kms ..Mais nous sommes heureux de cet arrêt inopiné dans cette petite ville,car c'est la plus jolie localité que nous croisons depuis notre arrivée au Brésil !
Les nombreuses façades des maisons en pierre ont été conservées et entretenues. Toutes peintes dans des tons pastels, elles donnent à la ville un aspect soigné et cossu . Les blasons qui les ornent indiquent aux visiteurs l'origine souvent italienne où allemande des premiers migrants de São Gabriel . La création de la ville date de 1801 . Rapidement construits les magnifiques bâtiments publics sont ainsi mis en valeur par cette belle architecture très homogène .
Ayant conservé un patrimoine culturel et architectural de grande qualité ce dernier état de notre route brésilienne est assurément le plus typique.

Brésil , état de Rio Grande do Sul

Ici , la taille des fazendas n'excède pas trois cent hectares et il n'y a aucune mono-culture . L'exploitation agricole diversifiée entre élevages et céréales propose des paysages harmonieux et apaisés .
Au sud-ouest de l'état de Rio Grande seul le réseau national et secondaire est asphalté et les départementales en terre s'étirent sur des centaines de kilomètres .
Les 400 derniers kilomètres "d'estrada de chaõ" ( chemins de terre ) pour arriver à São Gabriel ont secoué violemment nos bicyclettes . Les pistes non revêtues sont les plus intéressantes et grâce au GPS nous les trouvons facilement .
Si l'émotion et l'aventure sont au bout du guidon , nous n'hésitons pas à rajouter : et surtout au bout du goudron !
L'absence de trafic permet de cycloter dans le silence et de vivre les journées dans un environnement le plus souvent vierge de toute souillure industrielle .
Bien entendu , les pistes sont plus longues et la progression y est malaisée . Mais qu'importe . La qualité des paysages entrevus dans les parfums de la nature ,transforme toujours les journées " tous chemins " en journées exceptionnelles . Et nous sommes partis pour cela il y a 3 ans . Pour vivre tous les jours des moments exceptionnels .
Nous avons décidé que désormais nous utiliserons le plus possible les chemins pour notre voyage .

Brésil , état de Rio Grande do Sul

Les mauvaises routes n'existent que pour les gens pressés .
Accepter de vivre à un rythme lent , cheminer avec plus de difficultés , nous réapprend l'humilité et nous prépare pour nos prochaines routes , certainement plus exigeantes .
Nous allons maintenant quitter le Brésil . Après trois mois à cycloter successivement dans les états du Mato grosso do sul , Sâo Paulo , Minas Gérais , Paranà et Rio Grande do sul . 3355 km de début juin à fin août 2014 .
L'extrême gentillesse des brésiliens fit de ce séjour un vrai bonheur .
Et nos prochaines routes sud-américaine ne seront jamais très éloignées de ce pays continent ......

Brésil , état de Rio Grande do Sul
Lire la suite

Brésil, Rio Grande do Sul , août 2014

21 Septembre 2014 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #film, #Brésil

Lire la suite

Au Brésil

15 Juin 2014 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #article, #Brésil

Au Brésil

Nous voici au Brésil depuis 10 jours .
Oublié le délicieux côté latino du Paraguay . Ici tout nous semble riche et carré avec toutefois des possibilités de camping plus nombreuses . Déjà 5 nuitées "en sauvage" . Soirée champ de maïs ou canne à sucre , il est très simple de camper au Brésil contrairement au Paraguay où tout est clôturé à cause des bêtes .
Alors bienvenue au Brésil !

Au Brésil

Ces jours ci le pays se pare du drapeau national . Le Brésil organise la coupe du monde . Ça semble un évènement considérable et nous sommes très contents d'assister avec eux à " leur coupe " comme ils disent . Socialement et culturellement il n'y a plus que le foot qui déplace et rassemble autant de population . Sport et spectacle , le football est un fort lien social dans ce monde . C'est ainsi .Nous serons des observateurs attentifs de cet étrange phénomène .
Pour l'instant , promenade brésilienne .
L'état du Mato Grosso que nous venons de quitter est un état agricole tout comme celui de Saó Paulo où nous sommes depuis 3 jours . Mais ici les immenses parcelles de café ont disparu . Maïs ou canne à sucre à perte de vue . La campagne a quelquefois un aspect industriel . Ça ne ressemble pas à une agriculture raisonnée ! Toutefois les immenses distilleries de canne à sucre posées sur les crêtes dégagent une agréable odeur de rhum , voir de baba au rhum !
Les routes rectilignes n'offrent guère de protection contre le vent si ce n'est le creux des vallons qui se succèdent à l'infini . À chaque remontée nous subissons de violentes rafales généralement nord sud .

Au Brésil

Nous sommes vraiment étonnés de l'accueil et de l'intêret que les sud-américains nous portent . Au Brésil , comme ailleurs la plupart des gens sont débordants de prévenance . Comme cette voiture qui s'arrête hier soir en fin de journée . Un couple en descend , nous questionne ; on les devine émerveillés . Aprés les habituelles photos et échange de Facebook , ils nous offrent 50 réals pour notre voyage et repartent , visiblement enchantés 50 réals : 16,50 € . C'est une grosse somme au Brésil !!
La semaine dernière le club cyclo de Nova Andradina rencontré sur la route nous a offerf une nuitée dans un excellent hôtel de la ville .

Au Brésil

Sur la route il y a de très nombreux 4/4 à plateaux , énormes et rutilants . Puissament motorisés ,ils déboulent à fond . Ce pays est champion du monde des inégalités économiques parait-il . Mais nous n'irons pas voir la misère des grandes mégalopoles .
Observer les misérables réalités de notre monde ne nous dérange pas , mais ces jungles urbaines sont terriblement inadaptées à la bicyclette . Surtout au Brésil . Rio de Janeïro et São Paulo regroupent près de 40 millions d'habitants avec leurs banlieues . Ces 2 villes sont voisines de 500 kms . On imagine ce qu'il y a au milieu ... Nous préferons camper avec les oiseaux . Hier toujours en fin de journée les panneaux nous indiquant la présence de pumas et panthères dans la grande forêt que nous traversions nous ont dissuadé d'y camper comme nous en avions l'intention .... Nous avons donc poursuivi notre route et rencontré Jonas et sa femme Waldirène . Nous adorons ce hasard qui décide de l'heure qui suit . Et des rencontres qui s'ensuivront...
La route est comme un fil tendu qui passe par dessus les obstacles . En apesanteur En ligne droite , la route et ses hasards vont toujours à l'essentiel .


Michel

Au Brésil
Lire la suite