Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #article tag

Nous reviendrons au Pérou !

30 Avril 2017 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #Amérique du sud, #Pérou, #article

Nous reviendrons au Pérou !

Le policier péruvien regarde longuement son écran , fait mine de prendre quelques notes et nous redonne nos documents : 

" Non , la durée de votre séjour est correcte !"  Le tampon en main , il valide nos passeports ... 

Nos visas de trois mois étaient pourtant dépassés de dix jours , nous aurions du payer une amende de 20 dollars . Comme un clin d'œil pour conclure cet ébouriffant séjour de 187 jours , le dernier péruvien que nous croisons nous offre un ultime cadeau . Un temps fort de plus de cette route sud-américaine . 

 

Nous reviendrons au Pérou !

Après l'Argentine , le Paraguay , le Brésil , l'Uruguay , le Chili , la Bolivie voici maintenant le Pérou que nous quittons à contre-cœur . C'était un pur bonheur de se lever le matin depuis 6 mois en sachant que nous allions passer une merveilleuse journée en admirant des paysages hallucinants d'immensité et des scènes paysannes d'un autre siècle . Recevoir mille sourires et une multitude de buenas dias ! buenas tardes !  Auxquels nous répondons  , naturellement . 

 

Nous reviendrons au Pérou !

Mais qu'avons nous fait pour mériter autant ? 

Les gens ici sont pauvres , très pauvres et la vie est dure . Les maisons en adobe n'ont qu'une pièce et accueillent la famille . Ces masures semblent sorties de " Jacquou le croquant " de mon enfance . Les toits en chaume ne couvrent pas uniquement les dépendances disposées en carré afin de fermer l'espace . La vie s'organise avec les animaux depuis toujours . Les campagnes sont pleines de gosses . La natalité est toujours très forte en zone rurale . Les cultures de quinoa et de patates dessinent de jolis patchworks à proximité des hameaux et villages . La désertification rurale n'a pas siphonné les campagnes comme chez nous . Ces équilibres respectés , la vie sociale , culturelle et économique modèlent et rythment en douceur la relation à l'autre , à la nature . Ces observations nous semblent intéressantes dans cette course à la pensée unique et à la mondialisation qui ne semble guère proposer de bonheur ni d'avenir pérenne à notre humanité . Alors nous prenons le temps de voyager lentement et de discuter avec les gens . Ce monde est beau , divers et imprévisible . Nous nous posons souvent pour le regarder et l'aimer . La beauté est là , tous les jours . Il suffit d'ouvrir les yeux .

 

Nous reviendrons au Pérou !

Mais tous ces instants , ces moments d'être, nous ne voulons pas les prendre en photos . Cela nous semblerait une incongruité de rompre cette poésie . Vanité que de s'approprier ces images , ces instants . Ramener tout cela à un sujet photo nous semble vulgaire . Le monde n'est pas un zoo humain . Tant pis pour les photos . Ou tant mieux . Le seul souvenir de cette merveilleuse mosaïque humaine éclaire nos prochaines routes .

Nous reviendrons au Pérou !

Et notre route péruvienne fut toujours exigeante . Il n'y a pas de répit ici . Jamais . L'altitude , le froid , la pluie , les dénivelés les plus dingues furent nos compagnons de route . Nous passerons 11 cols à plus de 4000 m , 1 à plus de 4500 m et un dernier à 4715 m, le long de nos 3580 km péruviens . Passer de la vue d'avion au voyage au centre de la terre en descendant des cols de plus de cent km a été une découverte ! Et monter des dénivelés de 2800 m en continue permet de belles heures d'écoute avec nos appareils audio .

Nous reviendrons au Pérou !

En choisissant de passer uniquement par la montagne nous nous sommes offerts des rencontres , des échanges . Un monde de respect , d'amitié et de solidarité . La solidarité est là . Toujours les paysans nous ont offert un toit , cherché et trouvé une réponse à nos demandes . Là-bas  le monde n'est pas une compétition fait de mépris et d'égoïsme . 

Ces derniers temps les gens nous demandaient naïvement : quand reviendrez-vous au Pérou ? 

Nous reviendrons au Pérou !

Nous reviendrons au Pérou !
Nous reviendrons au Pérou !
Lire la suite

Un tour de planète bleue

17 Août 2016 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #Amérique du sud, #article, #Pérou

Un tour de planète bleue

Cuzco ,
le 17 août 2016

UN TOUR DE PLANÈTE BLEUE

40 000 km .

Ce n'était nullement préparé . Le hasard du voyage , toujours bienveillant , nous offre ce magnifique cadeau . Fêter nos 40 000 km en arrivant au lac Titicaca !
Cela semble de bon augure pour la suite .... Autant de distance nous a déjà offert des déserts immenses , des forêts gigantesques , des volcans fumants , les plus hautes montagnes du monde , des fjords inextricables où viennent jouer dauphins et baleines . Mais nous avons aussi découvert des arbres et des plantes qui nous étaient inconnus , célébrés Noël en plein été , dormi dans la clarté des nuits australes et fêté 4 fois le nouvel an la même année *. Ce voyage nous enrichit . Terriblement .
Chaque matin , nous nous demandons : que va t-il nous arriver ? Les hasards et leurs suites sont toujours bienvenus . Car le vrai voyageur ne cherche pas , il trouve en chemin . Nous faisons partout ces généreuses rencontres qui donnent un sens à notre vie et rendent notre voyage si riche .
Cette chaleur humaine et ces sourires , cette hospitalité spontanée et généreuse nous fascinent plus que n'importe quel paysage où distraction . Aller à la rencontre de l'humain n'est pas une distraction .
L'humain , toujours l'humain et sa rencontre qui n'a pas fini de nous fasciner .
Se confronter à ce quotidien c'est le partager pour le comprendre , le comprendre pour l'accepter .
Et accepter l'autre et ses différences n'est-ce pas le chemin qui mène à l'amour ?
Cette route de nomades nous propose des émotions et des regards merveilleux et ces conditions de vie nous plaisent et nous transforment .
Désormais , continuer notre chemin autour de cette belle planète bleue est notre unique projet .
Un poco más . Por favor !


* Nous avons fêté quatre fois le nouvel an en 2012 :

Une première fois le 1 janvier 2012 au Cambogde : celui des chrétiens .
Une deuxième fois le 25 janvier 2012 au Vietnam : celui des chinois .
Une troisième fois le 10 avril 2012 au Laos : celui des boudhistes .
Une quatrième fois en novembre 2012 au Maroc : celui des musulmans .


Détail kilométrique :

ASIE :

Thaïlande 2065 km
Cambodge 2170 km
Vietnam 2925 km
Laos 1450 km

Total : 8610 km


EUROPE :

France 175 km
Espagne 1775 km

Total : 1950 km


AFRIQUE :

Maroc 3310 km
Mauritanie 605 km
Sénégal 2830 km
Gambie 440 km
Guinée-Conakry 725 km
Mali 115 km

Total : 8025 km


AMÉRIQUE DU SUD :

Argentine 9495 km
Paraguay 1325 km
Brésil 4195 km
Uruguay 585 km
Chili 2840 km
Bolivie 2890 km
Pérou 560 km

Sous-total : 21890km


" Bien des gens s’imaginent qu’au voyageur circulant hors des chemins battus, chaque heure apporte un tribut d’aventures joyeuses ou dramatiques, mais toujours excitantes. La vérité est moins romantique. La plupart des jours se passent sans qu’aucun événement les rende particulièrement mémorables. Monotonie alors ? – Que non pas. Pour celui qui sait regarder et sentir, chaque minute de cette vie libre et vagabonde est un enchantement. «
. . "Alexandra David-Néel "Au pays des brigands gentilshommes "

Lire la suite

Derniers kilomètres en Bolivie

1 Août 2016 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #Amérique du sud, #bolivie, #article

Derniers kilomètres en Bolivie

Derniers kilomètres en Bolivie .
Depuis notre départ de La Paz nous ne regrettons pas notre choix de contourner le lac Titicaca par l'est .
Loin des circuits touristiques cette route exigeante nous offre un ultime florilège .
Un concentré de ces quatre mois et demi boliviens . Ce voyage - aventure va rester le temps fort de notre route sud-Américaine . Parce que la Bolivie est excessive , démesurée . Parce que cycloter ici, est difficile , excessif et démesuré .

Derniers kilomètres en Bolivie

L'altitude , le très mauvais état des routes et des pistes , l'absence totale de signalisation routière , l'isolement et les approvisionnements aléatoires, nous ont immergés un peu plus dans notre voyage ... Bien entendu , nous n'entendrons parler que quéchua dans les campagnes et les nuits en bivouac à 4000 mètres et plus seront innombrables . Les bicyclettes se souviendront elles aussi de ces nuits à -10° , des tempêtes de neige et de sable et de notre errance sur le salar de Coïpasa ...

Derniers kilomètres en Bolivie
Derniers kilomètres en Bolivie


Mais voila , ces quelques désagrements nous ont offert des instants , des journées et des rencontres incroyables chaque jour . Chaque jour la route nous a offert mille paysages , et mille lumières ont illuminé ces merveilleuses journées . La Bolivie a comblé tous nos plus beaux rêves . Rêves d'aventures extrêmes , avec les jacarés et les serpents des marais du Pantanal ou les lagunas du sud Lipez , les cols gigantesques à plus de 4500 mètres ou les incroyables salars .

Derniers kilomètres en Bolivie

Les fêtes de Noël à Potosi au milieu des familles de mineurs nous offrirent un dépaysement de plus , tout de joie et de ferveur . Plus tard et plus loin nous traverserons les maquis de la région de Samaîpata et Vallegrande pour rejoindre Cochabamba . Tout au long de ces 2890 km de route bolivienne , du Brésil au Chili et de l'Argentine au Pérou nous avons apprécié la vie simple, pauvre et austère des boliviens . Comme eux, nous mangions au " mercado central " ou dans la rue pour quelques centimes . Le soir, dormir sur les places des villages était naturel ... puisqu'elles servent également à cela !

Derniers kilomètres en Bolivie
Derniers kilomètres en Bolivie


Mais l'on nous proposa aussi de dormir à l'école , à l'église , chez les Dominicains ou à la casa . Ce que nous acceptions immédiatement .
Voila , ce que fut notre voyage en Bolivie . Un voyage rude et austère au milieu d'une population fière et travailleuse .
Cette semaine nous effectuons donc nos derniers tours de roues autour du lac Titicaca où les scènes de pastoralisme sont innombrables . Les populations sont dans les champs du matin au soir avec les bêtes , aucune machine agricole ne vient troubler ces merveilleuses harmonies . Les boeufs labourent les minuscules parcelles et le travail s'effectue entièrement à la main , sarclage , ramassage des légumes , battage du blé , triage des lentilles et de la quinoa .
Ce soir , dans la nuit sombre et étoilée nous dormirons avec la protection de la " Pacha Mama " . Sous la bienveillante voie lactée .

Derniers kilomètres en Bolivie
Lire la suite

Terres En Roues Libres à La Paz . juillet 2016

23 Juillet 2016 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #bolivie, #Amérique du sud, #La Paz, #article

Terres En Roues Libres à La Paz . juillet 2016

L'arrivée à La Paz par la ville d'El Alto est toujours un joli moment pour les cyclos . Après la traversée de cette ville champignon , au détour d'un ultime virage , la vue s'ouvre immense sur La Paz . La plus haute capitale du monde s'offre enfin sous nos roues . Partout les constructions ont envahi et grignoté les pentes vertigineuses de cette gigantesque cuvette . Partout , le même tapis rose des maisons en briques s'étend à perte de vue . Ici , les pauvres habitent dans les parties hautes de la ville et les riches les parties les plus basses . De 3100 mètres à 4100 mètres vivent maintenant trois millions de boliviens . Ici c'est un téléphérique qui fait office de métro . Vue panoramique assurée . Depuis deux ans les premières lignes maillent petit à petit la ville . Au creux de cette incongruité urbaine une pincée de buildings semble ridiculement petite et perdue .
La double voie de l'autopista est là devant nous . Nous plongeons .

Terres En Roues Libres à La Paz . juillet 2016


La Paz est à l'image de la Bolivie . Tout à la fois attachante et austère , improbable et colorée , déroutante et familière ...
Nous retrouvons ici , dans les rues , sur les marchés cette pagaille bon enfant que nous voyons depuis bientôt cinq mois . Ici comme à Potosi à Aiquile à Vallegrande ou ailleurs nous sommes sous le charme des nombreuses femmes en habits traditionnels . Les petites roulottes de rue proposent des plats succulents et mille détails nous enchantent . Malgré la pauvreté perceptible et ces petits boulots de rien , de tous , nous ne ressentons aucune animosité , aucune tension entre riches et pauvres , touristes et boliviens .

Terres En Roues Libres à La Paz . juillet 2016


Cette semaine nous allons monter et descendre ces rues " falaises " . On ne peut imaginer de tel % pour une ville ! 30% ... Plus encore ? Parfois des escaliers permettent de continuer l'escalade . Sans les voitures naturellement . Un bon treck sportif au milieu de cette marée humaine .
Nous avons trouvé certainement une bonne bicicleteria pour Raymonde et Félicie . Les routes boliviennes les ont malmenés . Nous espérons les récupérer en forme pour la suite .
Notre visa bolivien s'achève le 27/7/2016 ... Demain le Pérou !

Terres En Roues Libres à La Paz . juillet 2016
Terres En Roues Libres à La Paz . juillet 2016
Terres En Roues Libres à La Paz . juillet 2016
Terres En Roues Libres à La Paz . juillet 2016
Terres En Roues Libres à La Paz . juillet 2016
Lire la suite

Au revoir l'Argentine

1 Octobre 2015 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #article, #Amérique du sud, #Argentine, #diaporama

Au revoir l'Argentine

Au revoir l'Argentine ,

Derniers kilomètres en Argentine cette semaine . Nous terminerons ce voyage au poste frontière bolivien de La Quiaca . Nous avons passé 10 mois ici , du Brésil à la terre de feu et de l'Atlantique aux Andes .
Une immense route de 9500 km de mars 2014 à octobre 2015 . Les Argentins sont très fiers de leur pays où " il y a des bananes au nord et des pingouins au sud " . Un pays où nous avons eu froid en été à Ushuaia et chaud en hiver dans la région de San Juan . Nous avons traversé des zones désertiques , des plateaux immenses sous le soleil ou la neige .
Entre les fleuves Paràna et Paraguay nous ne savions pas que la terre et le ciel abritaient autant de millions d'oiseaux .
Tous les jours de merveilleuses lumières nous ont accompagnés .
Tous les jours de somptueux paysages ont défilé sous nos roues . Notre tente , la nuit , sous la voie lactée nous offrait le meilleur des repos dans le silence de ces immensités . Dés lors , notre route fut lente , afin de profiter plus longuement de ces instants où nous étions le plus souvent seuls au monde . Hors du temps . Les petits villages rencontrés régulièrement suffisaient à notre approvisionnement . Puis quand le mauvais temps arriva il y eu toujours une maison pour nous accueillir . Chez les pompiers , les policiers ou à l'école communale . Ou encore chez Mirta , Rodrigo , Alem , ou Marisa .
Gustavo , Juan , Griselda et tous encore nous ont ouvert leur maison et leur cœur . Le plaisir du partage et de la rencontre était toujours immense et réciproque .
Nous penserons à vous tous en passant la frontière et nous ne vous oublierons pas .
Votre pays est un trésor et nous y avons vu des paysages exceptionnels .
Mais ce que nous avons vu de plus exceptionnel ici , c'est vous .
Votre hospitalité , votre gentillesse et votre art de vivre .
Ça c'est une vérité .
Nous verserons une larme en quittant l'Argentine .

Hasta luego les amis

Lire la suite

La ruta 23 y el tren patagonico

5 Août 2015 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #article, #Amérique du sud, #Argentine, #film, #Patagonie

Lire la suite

El ivierno sobre la ruta de siete lagos . Argentine

12 Juillet 2015 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #article, #Amérique du sud, #Argentine, #Andes

12 juillet 2015

San Martin de Los Andes . Premières neiges sur notre route sud américaine .

El ivierno sobre la ruta de siete lagos . Argentine
El ivierno sobre la ruta de siete lagos . Argentine
El ivierno sobre la ruta de siete lagos . Argentine
El ivierno sobre la ruta de siete lagos . Argentine
El ivierno sobre la ruta de siete lagos . Argentine
Lire la suite

De Viedma à Bariloche

4 Juillet 2015 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #Amérique du sud, #article, #Argentine, #Patagonie

Aprés notre court retour en France en mai , nous avons retrouvé l'Argentine et notre voyage le 1 juin en revenant à Buenos-Aires .
Marisa et sa famille nous attendaient à Belem de Escobar . Après avoir passé un weed-end avec eux nous avons pris le bus pour le sud .

De Viedma à Bariloche

Heureux de retrouver Gonzalo et los Aromos à Viedma ( 1000 kms plus au sud sur la côte atlantique ) chez qui nous avions laissé nos bicyclettes .
Nous avons donc repris la route de Viedma direction San Carlos de Bariloche dans les Andes

De Viedma à Bariloche

Ce trajet nous faisait rêver depuis l'année dernière puisque nous l'avions effectué en train en novembre 2014 . Quinze heures de train pour traverser l'Argentine d'est en ouest . De l'Atlantique au Chili . Nous avions alors aperçu l'immensité de l'altiplano et des paysages d'une solitude absolue . Un désert de vent où seul quelques buissons d'épineux résistent à tout . Aux accablantes chaleurs d'été et aux températures polaires de l'hiver .

De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche

Le "tren Patagonico" effectue neuf arrêts le long des neuf cent km de la ligne . Changement de décor ici . Les villages Ramos Mexia , Aguada Cécilio , Clémente Onelli , Sierra Colorado Maquinchao sont minuscules . Regroupés autour du poste de police , des bomberos voluntarios de l'école et du centre de santé , les villages sont toujours pour nous des oasis où nous faisons quelques courses et le plein d'eau . Invariablement bien reçus par la police ou les bomberos nous dormons toujours au chaud si nous nous y arrêtons pour la nuit . Merci à vous tous pour votre hospitalité . Ici en zone rurale la police et les pompiers ont un rôle social . Ils sont au service de la population en étant à leur côté au quotidien pour l'entraide . Nous aussi nous les apprécions énormement ... Nous aimons ces villages et cette ambiance far-west avec les rues poussièreuses , les maisons basses en briques crues et leurs toits en tôles . Les vieilles planches , briques, portes sont employées pour les garages où les poulaillers . La vie est dure ici et les gens sont pauvres . Des chiens peureux nous aboient avant de venir demander une caresse . Ingeniero Jaccobaci et ses 5500 habitants est le plus gros village de l'altiplano .

De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche

L'ingénieur Jaccobaci émigrant italien dirigea la construction de la voie ferrée à la fin du XIX siècle .
Le territoire d'un village s'étend fréquemment sur plus de cinquante km . L'habitat très éparpillé façonne les gens , les relations . Solidaires , ils se connaissent tous et s'entraident en permanence . Les villages disposent d'une radio FM afin de faire passer les infos aux estancias et aux personnes isolées sur la route . Les rares véhicules que nous croisons nous saluent tous et quelquefois s'arrêtent pour proposer de nous prendre . Ce sont de rutilants 4/4 ou de vieux utilitaires breaks et picks-up des années soixante . C'est au choix . Un vrai plaisir ces 15 jours de robinsonnade sur la route 23 .
Sur l'altiplano , les animaux habitués aux voitures se font surprendre par le silence de nos bicyclettes . Très intrigués par notre équipage , ils se montrent curieux ... pour notre bonheur .
Nous apercevons souvent des renards , tatous , putois et guanacos L'absence d'arbres n'empêche pas la présence de nombreux oiseaux et rapaces .
Partant du niveau de la mer la route se transforme ensuite en chemin de terre dans la partie ouest , la plus haute et la plus froide . Plus de deux cent kilomètres de ripio pour cette partie montagneuse . Certainement la plus belle .

De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche

Canyons et vallées se succèdent maintenant dans une nature sauvage aux contours déchiquetés . La lumière prend la mesure de l'espace et devient cristalline . Les températures à peine positives en journée descendent
largement au dessous de zéro la nuit . Nous avons vu la nuit minérale recouvrir peu à peu d'étoiles et de silence cet océan de vide . Les bouteilles d'eau oubliées sous l'abside de la tente sont devenues de jolis glaçons au matin ... Quelles températures dehors , ici à 1200 mètres ? C'est le soir et le matin que le froid nous " taquine " le plus . Terrifiant ! Notre réchaud à alcool , ( deux boîtes de conserve soudées l'une dans l'autre , acheté dans une casa de pesca au Brésil ) nous permet de cuisiner sous la tente soupes , riz au poulet , tortilla de papas etc ... Et notre minuscule tipi devient chaud instantanément . Essayez le solvente de quémar pour vous réchauffer . C'est tendance , pratique et économique .
Peu après Picalniyeu , les vallées s'ouvrent et le ripio plonge jusqu'à San Carlos de Bariloche .

De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche

Bariloche ,
1 juillet :
Pause technique avant de repartir vers le nord . Les bicyclettes ont souffert . Une gente pour Raymonde ( à 26 000 km , c'était la fin pour elle ) et cadre cassé pour Félicie à Sierra Colorado mais le ferrailleur du village excellait en soudure .
Bariloche ,
2 juillet :
Tirage des photos promises , courrier et informatique . Mécanique , lessive et couture , le séjour à Bariloche est studieux . Départ lundi 5 pour le nord : Mendoza , San Miguel de Tucuman , La Quiaca , la Bolivie !!!

Aujourd'hui à 17 heures , finale de la coupe sud-Américaine de foot . Chili - Argentine . Le pays s'arrêtera pendant deux heures . Nous ne raterons pas
cet évènement nous aussi .
Et les argentins s'interrogent avec humour : Maradona est argentin , Messi est argentin , le pape est argentin . Dieu serait-il argentin ?

carte de notre pérégrination  en Amérique du sud du 6 mars 2014 au 1 juillet 2015

carte de notre pérégrination en Amérique du sud du 6 mars 2014 au 1 juillet 2015

Lire la suite

Nous pensons de toutes nos forces qu'il faut s'aimer à tort et à travers.

8 Janvier 2015 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #article

Extrait de la lettre que Julos Beaucarne écrivit dans la nuit du 2 au 3 février 1975 après la mort de sa femme assassinée par un homme devenu fou .

Ami bien aimé ,

Ma Loulou est partie pour le pays de l'envers du décor .
Un homme lui a donné neuf coups de poignard dans sa peau douce .
C'est la société qui est malade ,
il nous faut la remettre d'aplomb et d'équerre
Par l'amour et l'amitié et la persuasion .

Sans vous commander ,
Je vous demande d'aimer plus que jamais ceux qui vous sont proches .
Le monde est une triste boutique , les cœurs purs doivent se mettre ensemble pour l'embellir .
Il faut reboiser l'âme humaine .

Je suis maintenant très loin au fond du panier des tristesses .
On doit manger chacun dit-on un sac de chardons pour aller au paradis .
Ah , comme j'aimerai qu'il y ait un paradis !
Comme ce serait doux les retrouvailles .

En attendant , à vous autres , mes amis de l'ici bas , face à ce qui m'arrive,
je prend la liberté , moi , qui ne suis qu'un histrion , qu'un batteur de planches , qu'un comédien qui fait du rêve avec du vent ,
je prend la liberté de vous écrire pour vous dire ce à quoi je pense aujourd'hui .
Je pense de toutes mes forces
Qu'il faut s'aimer à tort et à travers .
Je pense de toutes mes forces
Qu'il faut s'aimer à tort et à travers .

Julos Beaucarne / ClaudeNougaro
Femmes et famines 1975 .

Lire la suite

EN ROUTE VERS LE GRAND SUD AUSTRAL

5 Janvier 2015 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #article, #Patagonie, #Amérique du sud, #Argentine, #Chili, #Caretera Austral

EN ROUTE VERS LE GRAND SUD AUSTRAL

Nous sommes heureux de vous donner quelques nouvelles , maintenant que nous voilà arrivés dans ce bout du monde du sud chilien ...
( Villa O'Higgins , dernier village de la carretera austral . 506 habitants ) .

En quittant Buenos-aires début octobre nous avons pris une direction sud ,
via la péninsule de Valdés .
De là  tout début novembre ,nous avons quitté l'Atlantique , le soleil , les phoques et les éléphants de mer en prenant le train .
Quinze heures de trajet pour traverser d'est en ouest la Patagonie continentale . Cette ligne " El trén de la Patagonia " est le fleuron des chemins de fer argentin et permet de s'émerveiller de ces immensités inhabitées . Terminus à San Carlos de Bariloche ... Les Andes !
Nous avons choisi ainsi , la carretera austral chilienne pour continuer notre chemin vers le sud .
Cette route légendaire mérite effectivement tous les superlatifs !
Tout le long des neuf cols et 1200 km ( donc plus de 800 km de »ripio » chemin de terre ) à travers les Andes , défile un florilège des plus beaux paysages du monde . Montagnes aux sommets enneigés , glaciers suspendus,  fjords où viennent jouer les dauphins, lacs aux eaux turquoises , cascades cristallines , forêts impénétrables , volcans fumants . Nous avons vu tout cela , émerveillés et incrédules .
Demain , nous reprenons la route en espérant passer Noël à El Chaltén en Argentine ... Si la météo permet au bateau de passer le lac O'Higgins comme prévu .
En attendant , nous vous souhaitons à tous de bonnes fêtes .

EN ROUTE VERS LE GRAND SUD AUSTRAL
EN ROUTE VERS LE GRAND SUD AUSTRAL
EN ROUTE VERS LE GRAND SUD AUSTRAL
EN ROUTE VERS LE GRAND SUD AUSTRAL

El Calafate ,
Le 28 décembre
Après El Chaltén et le légendaire Fitz Roy , nous sommes à El Calafate pour découvrir le glacier Perito Morito .
Après nous poursuivrons notre route vers Ushuaia qui n'est plus qu'a mille kilomètres ...
Continuez à passer de bonnes fêtes .

EN ROUTE VERS LE GRAND SUD AUSTRAL
EN ROUTE VERS LE GRAND SUD AUSTRAL
EN ROUTE VERS LE GRAND SUD AUSTRAL
EN ROUTE VERS LE GRAND SUD AUSTRAL
EN ROUTE VERS LE GRAND SUD AUSTRAL

Puerto Natales ( Chili )
Le 3 janvier .
ENFIN UNE CONNEXION !!!!!
Vous profitez des différents rajouts et des dernières nouvelles de notre route Patagone . Nous sommes maintenant sur le plateau continental Patagonien . Ici il n'y a rien et même " nada de nada " comme disent les locaux . Pas même un hameau , une station service , un arbre . Nada de nada ! En quittant Puerto Natales nous n'aurons que trois possibités d'approvisionnement le long des 850 km qui nous séparent encore d'Ushuaia ...Il n'y a plus que des paysages somptueux de désolation sous des lumières exceptionnelles et ... le vent qui est terrifiant ! Maintenant la grande bagarre a commencé et chaque mètre est gagné de haute lutte . En attendant chaque instant est un grand bonheur et nous mesurons l'immense privilège de cycloter sur cette route de légende.
A bientôt dans cette nouvelle année .

Lire la suite
1 2 3 > >>