Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de terresenroueslibres. Un voyage autour du monde à bicyclette

Articles récents

La traversée du Pantanal - Sud-ouest Brésil - février 2016

6 Juin 2016 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #film, #Pantanal, #bolivie, #Brésil, #Amérique du sud

La traversée du Pantanal - Sud-ouest Brésil - février 2016

Le PANTANAL est une région qui se répartit entre le Brésil,le Paraguay et la Bolivie .Mosaïque trés complexe de lacs,de lagunes,de marais,de rivières,de savanes inondées,de palmeraies,de forêts sèches et de collines .Il est l' habitat de grandes quantités d' espèces végétales et animales .Il héberge au moins 197 espèces reconnues de poissons,plus de 70 espèces d' amphibiens et de reptiles,plus de 300 espèces d' oiseaux et plus de 50 espèces de grands mammifères .Il a vu passer dans le courant du mois de février et mars 2016, deux grands mammifères de l'espèce Homo-bicyclétus, plus connus sous le nom vulgarisé de Terres En Roues Libres ......

Voir notre reportage filmé ci joint !!!

Lire la suite

Terres En Roues Libres - Un hiver en Argentine - Le film

23 Mars 2016 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #film, #Amérique du sud, #Argentine

Lire la suite

Brésil 2016 Traversée du Pantanal Mato Grosso Do Sul

8 Février 2016 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #Brésil, #Amérique du sud, #Pantanal

Miranda ,
Estato dé Mato grosso do sul . Brésil .

La Traversée du Pantanal
Le 8 février 2016 .

Cette journée de repos et d'intendance est arrivée plus tôt que prévu ... Ce
matin nous avons jugé opportun de ne pas reprendre nos bicyclettes afin de remettre à jour le " basique " .
Qu'est-ce que le basique me direz-vous ? Et bien c'est la première intendance , l'intendance quotidienne , lessive ,approvisionnements et" mise à jour " des bicyclettes . Parce que nos trois derniers jours de route ont été particulièrement exigeants ...
L'étuve de cet immense marais de 220 km a eu raison du peu de linge dont nous disposons . Il est vrai que la pluie incessante en cette saison a fini de nous rincer ... Mais cycloter sous les orages tropicaux par 30° nous a évité les hallucinantes températures de la semaine dernière . Nous étions ravis .
Cette traversée du Pantanal nous la redoutions tellement que nous avions prévu de monter dans le train aussitôt la frontière bolivio-brésilienne franchie . C'est en arrivant à Corumba au Brésil que nous apprenons que la ligne Corumba-Miranda n'existe plus depuis une dizaine d'année ...
Très vite , nous comprenons que ce milieu est hostile , très hostile ! La présence des nombreux crocodiles et serpents écrasés ( tous d'une taille supérieure à deux mètres ) sur la route nous invite à ne pas envisager un campement , même à l'arrach ! Le talus sur lequel est posée la route est de toute façon bien étroit . Nous camperons alors une première fois au
bord du fleuve Paraguay . Notre nouvelle moustiquaire nous permet de dormir correctement mais il est impossible de sortir de la tente car une centaine de moustiques s'y engouffre aussitôt . La toiture en ruine de cette ancienne véranda qui nous abrite ce soir n'est pas suffisante pour nous protéger de la pluie matinale et nous plions notre campement sous les dernières nuées de moustiques .
Nous demanderons le soir au poste de police du kilomètre 120 de pouvoir planter notre tente derrière leur immense moustiquaire ... La police brésilienne est bienveillante . Nous le savions depuis notre premier séjour en 2014 . Ainsi cette deuxième nuit de notre épique traversée du Pantanal se passera bien ... malgré les scolopandres et les mygales toujours à redouter .
Déjà la semaine dernière une énorme mygale traversa entre les tasses à café , le pain et le miel du petit déjeuner . C'est agacant .
Le Pantanal est un immense marécage en zone subtropicale humide . La route Corumba Miranda le borde par le sud . Nous reprendrons cette même route pour revenir à Santa Cruz prendre notre avion du 14 mars pour la France .

Lire la suite

Voyage en Bolivie . Janvier 2016

8 Février 2016 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #bolivie, #Amérique du sud

Voyage en Bolivie ,
Janvier 2016 .

Du goût et du tempérament .

La difficulté d'aller manger sur les marchés de Bolivie c'est de ce décider !
piquante de pollo ou sopa de choclo ? Ou bien pieds et couennes
de porc ou chuleta con papas ?

Deux fois par jour nous hésitons ... parce que ce pays a du goût et du tempérament .
Les cyclos que nous croisions depuis deux ans nous l'avaient tous dit : la Bolivie , vous allez adorer ! Aussitôt passée la frontière nous avons effectivement été sous le charme des femmes en habits traditionnels , de cette pagaille bon enfant que nous avions vu en Afrique ou en Asie . Les petites roulottes de rue proposent des plats succulents et mille détails nous enchantent . Les cireurs de chaussures cotoient les vendeurs de ceintures , de copies de CD , de sucettes , de beignets . Les cigarettes s'achètent à l'unité et les premières recharges pour les portables coutent cinquante centimes d'euros . Petits métiers de rues et système D pour tous, pour gagner certainement bien peu .
Nous sommes là à des années lumières de l'Amérique du sud occidentalisée dans laquelle nous étions . L'Argentine , le Brésil et le Chili sont bien loin malgré des frontières communes .
Nous aimons cette route bolivienne où il n'y a pas de repos . Ici les cols sont énormes et se succèdent sans répit . Ils nous faut souvent monter près de mille mètres de dénivellés chaque jour . Mais la première difficulté , c'est l'altitude ! Au delà de trois mille mètres , le souffle est court , la récupération très lente . L'autre jour , nous étions heureux d'arriver à
Potosi par la route de Tupiza qui passe à 4430 mêtres . Du goût et du tempérament ...
Nous descendons depuis quelques jours vers le bassin Amazonien , le " verger de la Bolivie " . Petit à petit les paysages changent et notre route toujours lente nous permet d'en apprécier chaque détail . Maintenant les reliefs s'assagissent et les vallées plus larges sont couvertes de cultures .
Potagers et fruitiers se succèdent et s'imbriquent dans une mosaïque de couleurs . Goyaves , papayes , pastèques et mangues sont proposées au bord de la route par les enfants des campésinos . C'est l'été et l'école reprendra le 3 février ...
La saison des pluies est bien installée . Averses quotidiennes que nous préférons éviter . Elles ne cessent de s'intensifier désormais . Les toits des gymnases ouverts des villages nous protègent des orages nocturnes . Cycloter sur les chemins de terre détrempés est compliqué . Mais le visa de 90 jours non renouvelable proposé aux étrangers nous oblige à prendre la route tous les jours . Le Pérou est encore très loin ! ....
Du goût et du tempérament ...

Lire la suite

Terres en Roues Libres en Visiteurs

30 Novembre 2015 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #film, #Amérique du sud

Lire la suite

Au revoir l'Argentine

1 Octobre 2015 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #article, #Amérique du sud, #Argentine, #diaporama

Au revoir l'Argentine

Au revoir l'Argentine ,

Derniers kilomètres en Argentine cette semaine . Nous terminerons ce voyage au poste frontière bolivien de La Quiaca . Nous avons passé 10 mois ici , du Brésil à la terre de feu et de l'Atlantique aux Andes .
Une immense route de 9500 km de mars 2014 à octobre 2015 . Les Argentins sont très fiers de leur pays où " il y a des bananes au nord et des pingouins au sud " . Un pays où nous avons eu froid en été à Ushuaia et chaud en hiver dans la région de San Juan . Nous avons traversé des zones désertiques , des plateaux immenses sous le soleil ou la neige .
Entre les fleuves Paràna et Paraguay nous ne savions pas que la terre et le ciel abritaient autant de millions d'oiseaux .
Tous les jours de merveilleuses lumières nous ont accompagnés .
Tous les jours de somptueux paysages ont défilé sous nos roues . Notre tente , la nuit , sous la voie lactée nous offrait le meilleur des repos dans le silence de ces immensités . Dés lors , notre route fut lente , afin de profiter plus longuement de ces instants où nous étions le plus souvent seuls au monde . Hors du temps . Les petits villages rencontrés régulièrement suffisaient à notre approvisionnement . Puis quand le mauvais temps arriva il y eu toujours une maison pour nous accueillir . Chez les pompiers , les policiers ou à l'école communale . Ou encore chez Mirta , Rodrigo , Alem , ou Marisa .
Gustavo , Juan , Griselda et tous encore nous ont ouvert leur maison et leur cœur . Le plaisir du partage et de la rencontre était toujours immense et réciproque .
Nous penserons à vous tous en passant la frontière et nous ne vous oublierons pas .
Votre pays est un trésor et nous y avons vu des paysages exceptionnels .
Mais ce que nous avons vu de plus exceptionnel ici , c'est vous .
Votre hospitalité , votre gentillesse et votre art de vivre .
Ça c'est une vérité .
Nous verserons une larme en quittant l'Argentine .

Hasta luego les amis

Lire la suite

Les Terres en Roues Libres à Valparaiso

8 Septembre 2015 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #film, #Chili, #Amérique du sud

Lire la suite

La ruta 23 y el tren patagonico

5 Août 2015 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #article, #Amérique du sud, #Argentine, #film, #Patagonie

Lire la suite

El ivierno sobre la ruta de siete lagos . Argentine

12 Juillet 2015 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #article, #Amérique du sud, #Argentine, #Andes

12 juillet 2015

San Martin de Los Andes . Premières neiges sur notre route sud américaine .

El ivierno sobre la ruta de siete lagos . Argentine
El ivierno sobre la ruta de siete lagos . Argentine
El ivierno sobre la ruta de siete lagos . Argentine
El ivierno sobre la ruta de siete lagos . Argentine
El ivierno sobre la ruta de siete lagos . Argentine
Lire la suite

De Viedma à Bariloche

4 Juillet 2015 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #Amérique du sud, #article, #Argentine, #Patagonie

Aprés notre court retour en France en mai , nous avons retrouvé l'Argentine et notre voyage le 1 juin en revenant à Buenos-Aires .
Marisa et sa famille nous attendaient à Belem de Escobar . Après avoir passé un weed-end avec eux nous avons pris le bus pour le sud .

De Viedma à Bariloche

Heureux de retrouver Gonzalo et los Aromos à Viedma ( 1000 kms plus au sud sur la côte atlantique ) chez qui nous avions laissé nos bicyclettes .
Nous avons donc repris la route de Viedma direction San Carlos de Bariloche dans les Andes

De Viedma à Bariloche

Ce trajet nous faisait rêver depuis l'année dernière puisque nous l'avions effectué en train en novembre 2014 . Quinze heures de train pour traverser l'Argentine d'est en ouest . De l'Atlantique au Chili . Nous avions alors aperçu l'immensité de l'altiplano et des paysages d'une solitude absolue . Un désert de vent où seul quelques buissons d'épineux résistent à tout . Aux accablantes chaleurs d'été et aux températures polaires de l'hiver .

De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche

Le "tren Patagonico" effectue neuf arrêts le long des neuf cent km de la ligne . Changement de décor ici . Les villages Ramos Mexia , Aguada Cécilio , Clémente Onelli , Sierra Colorado Maquinchao sont minuscules . Regroupés autour du poste de police , des bomberos voluntarios de l'école et du centre de santé , les villages sont toujours pour nous des oasis où nous faisons quelques courses et le plein d'eau . Invariablement bien reçus par la police ou les bomberos nous dormons toujours au chaud si nous nous y arrêtons pour la nuit . Merci à vous tous pour votre hospitalité . Ici en zone rurale la police et les pompiers ont un rôle social . Ils sont au service de la population en étant à leur côté au quotidien pour l'entraide . Nous aussi nous les apprécions énormement ... Nous aimons ces villages et cette ambiance far-west avec les rues poussièreuses , les maisons basses en briques crues et leurs toits en tôles . Les vieilles planches , briques, portes sont employées pour les garages où les poulaillers . La vie est dure ici et les gens sont pauvres . Des chiens peureux nous aboient avant de venir demander une caresse . Ingeniero Jaccobaci et ses 5500 habitants est le plus gros village de l'altiplano .

De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche

L'ingénieur Jaccobaci émigrant italien dirigea la construction de la voie ferrée à la fin du XIX siècle .
Le territoire d'un village s'étend fréquemment sur plus de cinquante km . L'habitat très éparpillé façonne les gens , les relations . Solidaires , ils se connaissent tous et s'entraident en permanence . Les villages disposent d'une radio FM afin de faire passer les infos aux estancias et aux personnes isolées sur la route . Les rares véhicules que nous croisons nous saluent tous et quelquefois s'arrêtent pour proposer de nous prendre . Ce sont de rutilants 4/4 ou de vieux utilitaires breaks et picks-up des années soixante . C'est au choix . Un vrai plaisir ces 15 jours de robinsonnade sur la route 23 .
Sur l'altiplano , les animaux habitués aux voitures se font surprendre par le silence de nos bicyclettes . Très intrigués par notre équipage , ils se montrent curieux ... pour notre bonheur .
Nous apercevons souvent des renards , tatous , putois et guanacos L'absence d'arbres n'empêche pas la présence de nombreux oiseaux et rapaces .
Partant du niveau de la mer la route se transforme ensuite en chemin de terre dans la partie ouest , la plus haute et la plus froide . Plus de deux cent kilomètres de ripio pour cette partie montagneuse . Certainement la plus belle .

De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche

Canyons et vallées se succèdent maintenant dans une nature sauvage aux contours déchiquetés . La lumière prend la mesure de l'espace et devient cristalline . Les températures à peine positives en journée descendent
largement au dessous de zéro la nuit . Nous avons vu la nuit minérale recouvrir peu à peu d'étoiles et de silence cet océan de vide . Les bouteilles d'eau oubliées sous l'abside de la tente sont devenues de jolis glaçons au matin ... Quelles températures dehors , ici à 1200 mètres ? C'est le soir et le matin que le froid nous " taquine " le plus . Terrifiant ! Notre réchaud à alcool , ( deux boîtes de conserve soudées l'une dans l'autre , acheté dans une casa de pesca au Brésil ) nous permet de cuisiner sous la tente soupes , riz au poulet , tortilla de papas etc ... Et notre minuscule tipi devient chaud instantanément . Essayez le solvente de quémar pour vous réchauffer . C'est tendance , pratique et économique .
Peu après Picalniyeu , les vallées s'ouvrent et le ripio plonge jusqu'à San Carlos de Bariloche .

De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche
De Viedma à Bariloche

Bariloche ,
1 juillet :
Pause technique avant de repartir vers le nord . Les bicyclettes ont souffert . Une gente pour Raymonde ( à 26 000 km , c'était la fin pour elle ) et cadre cassé pour Félicie à Sierra Colorado mais le ferrailleur du village excellait en soudure .
Bariloche ,
2 juillet :
Tirage des photos promises , courrier et informatique . Mécanique , lessive et couture , le séjour à Bariloche est studieux . Départ lundi 5 pour le nord : Mendoza , San Miguel de Tucuman , La Quiaca , la Bolivie !!!

Aujourd'hui à 17 heures , finale de la coupe sud-Américaine de foot . Chili - Argentine . Le pays s'arrêtera pendant deux heures . Nous ne raterons pas
cet évènement nous aussi .
Et les argentins s'interrogent avec humour : Maradona est argentin , Messi est argentin , le pape est argentin . Dieu serait-il argentin ?

carte de notre pérégrination  en Amérique du sud du 6 mars 2014 au 1 juillet 2015

carte de notre pérégrination en Amérique du sud du 6 mars 2014 au 1 juillet 2015

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>