Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de terresenroueslibres. Un voyage autour du monde à bicyclette

Articles récents

Guatemala-novembre-décembre 2017

2 Février 2018 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #Guatemala, #Amérique centrale, #article

Guatemala-novembre-décembre 2017

GUATEMALA, UNE RENCONTRE MAJUSCULE 

 Le 6 décembre 2017 nous quittions le Guatemala au terme d'un court séjour de trois semaines. Quelques jours plus tard nos enfants arrivaient à l'aéroport de Mérida (Mexique) et la route était encore longue pour les accueillir.

Nous avons vraiment regretté de quitter si vite le Guatemala. 

Guatemala-novembre-décembre 2017

Le Guatemala est notre grand coup de cœur de l'Amérique centrale. Il concentre tout ce que nous aimons dans le voyage : une très belle identité régionale, des paysages variés, peu de tourisme, des populations rurales jeunes et

dynamiques. Ce séjour a été une belle aventure, une vraie émotion avec des rencontres généreuses, joyeuses et sincères. Le Guatemala traine pourtant une réputation de pays dangereux ! Cette affirmation nous révolte et nous blesse. 

Les marchés particulièrement colorés bouillonnent de vie et de bruits. La foule serpente, se croise dans le peu d'espace des allées. Les vendeurs ont tendu des bâches pour se protéger du soleil.

La lumière, morcelée, tamisée, crée des damiers d'ombres et de couleurs. Parfois un rayon de soleil s'immisce entre les tissus. La tranche de lumière vient alors s'écraser au hasard dans la pénombre. C'est la valse des grains de poussière dans cette lame de soleil. Un éclair plus tard, ils disparaissent et reprennent leur invisible danse.

Les petits villages du Guatemala accueillent des marchés immenses et populaires qui débordent toujours largement dans les rues alentour. Ils traduisent la vitalité économique et culturelle de leur région. Carte d'identité d'un pays. Les marchés ici sont les plus beaux d'Amérique centrale.  

Guatemala-novembre-décembre 2017
Guatemala-novembre-décembre 2017

ANTIGUA GUATEMALA

L'ancienne capitale Antigua Guatemala est probablement la plus belle ville d'Amérique centrale. Le patrimoine est présent partout dans cette cité construite en damier autour « del parque central ». Aucune verrue de béton ne vient rompre l'homogénéité de l'ensemble.

La ville est entourée de nombreux volcans.

 

Guatemala-novembre-décembre 2017
Guatemala-novembre-décembre 2017
Guatemala-novembre-décembre 2017

Nous avons effectué un trek de 2 jours afin de monter au sommet de l’Acatenango à 3976 mètres. Il est éteint naturellement mais c'est le point d'observation pour admirer les éruptions du volcan del Fuego distant de 2 kilomètres.

La fréquence des éruptions est de 10 minutes en moyenne. De simples grondements accompagnent les explosions les plus petites et de très violentes déflagrations précèdent les éruptions. La montagne tremble à chaque fois. Ces photos ont été prises de notre tente.

Ces spectacles sont vraiment étranges et fascinants. Inouïs.

Guatemala-novembre-décembre 2017
Guatemala-novembre-décembre 2017
Guatemala-novembre-décembre 2017
Guatemala-novembre-décembre 2017
Guatemala-novembre-décembre 2017
Guatemala-novembre-décembre 2017

 

CÔTÉ CYCLO ...Toutefois le Guatemala se mérite et les routes en montagne sont des "murs" avec souvent des pourcentages de plus 15%. Nous avons même effectuer 170 km en collectif afin de nous épargner Panajachel - Coban qui est proprement infaisable. Infaisable avec plaisir. Nous prenons rarement le bus. Sur cette portion, nous ne l'avons pas regretté. A partir de Coban en direction du nord cela reste encore une portion très exigeante. Par contre, dans cette région montagneuse l'immersion dans le pays est merveilleuse. Là-bas, toutes les femmes sont en habit traditionnel et même les jeunes parlent en Quéchi ...

 

Guatemala-novembre-décembre 2017
Guatemala-novembre-décembre 2017
Guatemala-novembre-décembre 2017

GUATEMALA - RÉGION CENTRE NORD - QUICHÉ , ALTA VÉRAPAZ 

Nous avons traversé cette semaine une région incroyable. Tous les jours des grappes d'enfants ont dégringolé des talus ou sont sortis en trombe des maisons en bois pour nous voir passer . En conservant une distance de quatre, cinq mètres, aucun n'était bien rassuré .

- Gringo , Gringo , Gringo !

Les petites mains s'agitent pour nous saluer. Les sourires illuminent les frimousses. Les plus petits sous la surveillance des grands sont muets de surprise. Peu de touristes passent par cette route pas très directe et surtout pas à bicyclette. Nous sommes touchés par l'accueil, l'intérêt, la curiosité que nous suscitons. 

Les jours précédents nous avons traversé une région productrice de café. Du café, il y en a partout dès que l'altitude est proche de 1200 mètres. Les vêtements colorés des femmes font des taches de couleur dans les collines de caféiers. En ce moment c'est la période de la cueillette. Elles le ramassent à la main avec les enfants. Tant que nous roulons , les enfants nous observent et nous saluent mais si nous nous arrêtons, ils disparaissent en criant. Alors, les femmes s'approchent, les rappellent et c'est l'attroupement, la grande récréation de la journée. Ces moments sont les plus beaux de notre voyage et nous repartons émerveillés en multipliant les arrêts ...

 

Guatemala-novembre-décembre 2017
Guatemala-novembre-décembre 2017

Nous retrouverons des concentrations de touristes aux ruines Mayas de Tikal. Reprenant la route, nous n'en verrons plus pendant des semaines ... ou des mois. Nous le savons et ce sera le meilleur du voyage.

Guatemala-novembre-décembre 2017
Guatemala-novembre-décembre 2017

Rencontrer et vivre avec des populations qui ne voient jamais aucun touriste est une aventure humaine exceptionnelle.

 

Nous allons de surprises en découvertes, de plaisirs en émotions dans ce pays si différent de ses voisins.

 

Le Guatemala, une rencontre majuscule !

Lire la suite

Honduras-Salvador - novembre 2017

1 Février 2018 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #Amérique centrale, #Honduras, #Salvador, #article

Honduras-Salvador - novembre 2017

Notre timing ne nous a pas permit de flâner au Honduras. Nous traverserons en deux jours la région littorale pacifique en passant par les villes de Choluteca et San Lorenzo. Le Honduras et le Salvador ont la réputation d'être extrêmement dangereux, des bandes organisées régnant en maître sur ces pays. Les cyclo sont des proies idéales, lentes et repérables n'opposant pas de résistance ... mais cette courte route de 10 jours c'est très bien passée. Nous y avons reçu autant de salutations et de bienvenues qu'ailleurs et n'avons ni vu ni ressenti aucune " insécurité " sur la route ou nulle part. Un fois de plus nous vivons une réalité qui est à l'opposé des rumeurs, des contenus des blogs et des idées reçues.

Côté cyclo notre avons emprunté la route CA 1. Elle est en parfait état. Il y a beaucoup de poids lourd sur cet axe Nicaragua-Honduras-Salvador.

Honduras-Salvador - novembre 2017

Même bonhomie au Salvador où nous passerons une semaine. Après les villes de San Miguel et Usulatan nous sommes revenus au bord de mer à Puerto de la Libertad. Nous avons été invités chez l'habitant, cette soirée avec Oscar, Vickie et leurs enfants fut un joli moment de notre voyage.

Nous avons ensuite longé le Pacifique par une route en corniche pour nous diriger vers le Guatemala. Les nombreux belvédères nous permettaient d'admirer le Pacifique. La forêt tropicale finissait les pieds dans l'eau, sur la plage.

 

Honduras-Salvador - novembre 2017

Côté cyclo, les routes sont en mauvais état, notamment la C2. Mais ne zapez pas ce joli petit pays. Au bord des routes, les femmes proposent les pupusas, petites galettes de maïs garnies au poulet, au porc et au fromage etc ... Elles les préparent sur des plaques chauffées au bois. Souvent, nous ne pouvions pas les payer car les pupusas nous étaient gentiment offertes.

Le Salvador est le pays d'Amérique centrale où nous avons reçu le plus de cadeaux. Ça c'est une vérité, le reste pour nous est une sottise.

Lire la suite

Nicaragua-octobre-novembre 2017

31 Janvier 2018 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #Nicaragua, #Amérique centrale

Nicaragua-octobre-novembre 2017

Aussitôt une frontière passée nous sommes extrêmement attentifs à l'impression générale, à ces petits riens qui racontent un pays. Et tout nous plaît au Nicaragua. Les petits vendeurs de rues, vendeurs de cigarettes ou de fourchettes, les cireurs de chaussures et bien sur les mamans qui cuisinent dans la rue sur leurs roulottes. Ici, retour à des standards plus latinos ...

Nicaragua-octobre-novembre 2017
Nicaragua-octobre-novembre 2017

Nous arrivons par hasard pour les 3 jours de fête de San Carlos. Après la route zen du Costa-Rica nous plongeons dans cette jolie cohue, weed-end de liesse autour de San Carlos, le saint protecteur de la ville.

Nicaragua-octobre-novembre 2017
Nicaragua-octobre-novembre 2017

En passant à l'est du lac Nicaragua nous étions les seuls touristes et voyageurs. La population était très surprise de voir des étrangers à bicyclette. L'accueil est toujours merveilleux dans ces cas là. Au Nicaragua la vie rurale est omniprésente. Les cavaliers sont très nombreux au bord des routes. Nous en rencontrerons même plus qu'au Brésil ou qu'en Argentine. 

Nous sommes ensuite passés par l'ancienne capitale Granada qui est la porte d'entrée pour l'île d'Ometepe.

 

Nicaragua-octobre-novembre 2017
Nicaragua-octobre-novembre 2017
Nicaragua-octobre-novembre 2017
Nicaragua-octobre-novembre 2017

Les îles, nous les adorons. La vie y est toujours plus douce. L'insularité préserve les coutumes et les patrimoines. L'île d'Ometepe sur le lac Nicaragua ne fait pas exception. 

Nous y fêterons nos 6 années de nomadisme. Un joli lieu sur la terre pour ce moment très sympa ...

Nicaragua-octobre-novembre 2017

Léon et Granada sont les plus belles villes du Nicaragua. Elles revendiquaient l'une et l'autre le titre de capitale. En 1852 la nouvelle capitale, Managua, est crée et règle le problème. Elle concentre maintenant 30 % de la population du pays. Nous nous sentirons plus à l'aise à Léon, plus active et ouvrière. Son mercado central immense est traditionnel. Nous y déjeunerons tous les midis comme nous faisons partout ailleurs.

Nicaragua-octobre-novembre 2017
Nicaragua-octobre-novembre 2017

Nous choisirons de passer au Honduras par la frontière nord et les villes d'Esteli et Somoto. Nous passerons nos 2 derniers jours au Nicaragua à « cycloter » dans les plantations d'ananas. Les chauffeurs de semis-remorque, chargés de fruits jusqu'au toit, nous saluaient tout surpris de croiser des cyclos sur ces chemins de terre. 

Nous prenions notre temps pour quitter ce merveilleux pays. Le Honduras n'était plus très loin.

Nicaragua-octobre-novembre 2017Nicaragua-octobre-novembre 2017Nicaragua-octobre-novembre 2017
Nicaragua-octobre-novembre 2017
Lire la suite

Costa Rica - octobre 2017

31 Janvier 2018 , Rédigé par terresenroueslibres

Costa Rica - octobre 2017

En arrivant au Costa-Rica nous continuons à avoir beaucoup de pluie, des pluies chaudes et électriques, bien rafraîchissantes. El niño semble très fort cette année et les dérèglements climatiques n'épargnent pas cette partie du monde. 

Costa Rica - octobre 2017
Costa Rica - octobre 2017

Le Costa-Rica est ce petit pays de l'Amérique centrale qui a fait le choix de miser sur le tourisme et de préserver ses milieux naturels. Cet état est une vraie démocratie, l'économie dynamique assure éducation et santé pour tous. L'absence de corruption permet de dégager des budgets pour d'ambitieux et nécessaires programmes sur le développement durable, l'écologie. 

Un quart du territoire est classé en parcs nationaux ou réserves naturelles, avec l’ambition de protéger des espaces toujours plus grands. C’est sans doute grâce à ces valeurs, cette politique respectueuse du bien commun et universel de la planète, ce cadre de vie, véritable éden, que nous voyons une population adoptant des fonctionnements bienveillants au quotidien.

Bienveillants pour la société, ses voisins ou sur la route.

Costa Rica - octobre 2017

Un pays où les lois sont comprises, acceptées et respectées par raison, non pas par la contrainte et la peur, est un pays sain disposant du meilleur avenir. Alors en entrant au Costa-Rica changement de décor, de végétation, d'architecture, de rythme et même de bruits. Les conduites prudentes et douces rendent la route plus silencieuse. Le respect de tous les patrimoines est évident. Les maisons traditionnelles en bois sont restaurées. Les ordures ont totalement disparu des fossés. En ville, le mobilier urbain réapparait, nous rencontrons des graffs, des cafés littéraires et des librairies.

Le Costa-Rica en tout point semblable à ses voisins ( il a les mêmes contraintes géographiques et dispose des mêmes ressources ) est le bon élève de l'Amérique centrale et le pays le plus égalitaire. C'est un constat. Malheureusement il nous semble qu'aucun état alentour ne soit tenté par ce modèle .

La raison invoquée? Le coût de la vie est de loin le plus élevé des 7 pays d'Amérique centrale! Mais cela n'est gênant que pour les touristes ... qui affluent au Costa-Rica comme nulle part ailleurs !

Vive le Costa-Rica .

Costa Rica - octobre 2017

Côté cyclo, nous arrivions du Panama et avions emprunté la route de l'ouest qui longe le Pacifique. La route serpente dans la forêt ou longe les plages. Pour les pique-nique, la sieste et les bivouacs, le cyclo voyageur a donc le choix. 

Bonne route.

Lire la suite

Panama-septembre-octobre 2017

31 Janvier 2018 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #Panama, #Amérique centrale

Panama-septembre-octobre 2017

Après avoir longuement « cycloté » en Amérique du sud, pendant plus de trois années, nous arrivons le 18 septembre au Panama en  effectuant la traversée Colombie-Panama en bateau. Nous avions le choix entre l'avion et le bateau pour ce passage.

Notre choix du voilier au départ de Carthagène fut certainement le meilleur. Cette croisière de 6 jours en visitant longuement les îles San Blas fut une semaine exceptionnelle. Un voilier de 12 places, équipage compris : la taille nous convenait. Notre capitaine Fabian, prévenant et disponible, a tout fait pour rendre cette traversée merveilleuse. Les îles San Blas sont extraordinaires ... journées de rêve au milieu des 365 îlots de l'archipel.

Panama-septembre-octobre 2017

L'eau translucide, les poissons multicolores, les cocotiers posés à fleur d'eau sur des minuscules îles de sable blanc, tout était au rendez-vous. La lumière étincelante irisait les marmites de corail. Les fosses plus profondes se perdaient dans un inquiétant dégradé de bleu. Je préférais la plongée du matin, les poissons sont matinaux. J'aperçus ainsi une merveilleuse raie Manta qui ondulait ses ailes gigantesques. Elle me laissa l'admirer, m'offrit quelques figures et d'un velouté d'eau disparut dans le bleu d'encre de l'océan. C'était ma première rencontre avec une raie Manta. La magie des premières fois pour ma première plongée snorkeling dans la mer des Caraïbes. Cette traversée ... des vacances ! Les temps de plongée et canotage, étaient toujours nouveaux. Fabien le capitaine changeant d'îlots deux fois par jour. Eva sa jeune épouse et Erwin le cuisinier proposaient à chaque repas une cuisine fraîche et inventive. Après avoir relevé les nasses, les pêcheurs Kuna accostaient le voilier pour nous proposer leur pêche de langoustes et de crabes. Le soir nous laissions le voilier barboter devant nous et en canoë  allions passer la soirée sur un îlot. Les derniers alizés de la journée étaient toujours parfaits pour nos grillades . Les vacances ! 

Panama-septembre-octobre 2017

Ces voiliers sont privés. Les capitaines travaillent avec des agences qui vendent les traversées. Voici les coordonnées de celle ci :  www.bluesailing.net

Panama-septembre-octobre 2017

Retour sur terre le 18 septembre 2017 en débarquant au Panama avec les formalités de douane. Quelques jours auparavant la législation des visas avait changé … Le visa panaméen coûte désormais 105 dollars par personne. C'est un visa d'un an mais si vous restez 8 jours, c'est le même prix. L'idéal pour bien en profiter c'est donc d’y rester un an … Soyons sérieux. Nous allions retrouver nos enfants le 20 décembre à Mérida au Mexique pour les fêtes de Noël. Nous ne disposions que de trois mois pour traverser les 7 pays d'Amérique centrale : le Panama, Costa-Rica, Nicaragua, Honduras, Salvador, Guatemala et enfin le Belize .

Ce rythme de route était très nouveau. Nous allions traverser cette mosaïque de 7 petits états en un trimestre alors que nous avions mis 3 années pour traverser les 9 pays précédents. Nous avons abordé cette route comme on ouvre un livre de contes ou comme une gourmandise. Un pays, une histoire, une saveur .... 

Un parcours très plaisant avec des temps forts comme le passage Amérique du sud - Amérique centrale en franchissant le canal de Panama par le pont des Amériques ou notre semaine dans l'île volcanique d'Ometepe sur le lac Nicaragua.

On a tout adoré! Mais le Nicaragua et surtout le Guatemala seront nos grands coups de cœur de cette route.

 

Panama-septembre-octobre 2017

Au Panama l'état est riche depuis l'inauguration du canal en 1914. La population depuis n'en a apparemment pas profité. Les façades des faubourgs ouvriers suintent la pauvreté, l'abandon. Les monceaux d'ordures abandonnées le long des routes sont pestilentielles. À certains carrefours les rares bennes de collecte débordent et finissent par disparaitre sous les détritus. On devine un abandon équivalent de l'état pour ses obligations de santé ou d'enseignement. Nous n'avions pas vu une situation pareille dans toute l'Amérique du sud.

Panama-septembre-octobre 2017

Les maisons de planches des quartiers pauvres jouxtent la vieille citadelle.  Nous aimons y flâner. Les rires et les cris des enfants résonnent dans les rues, les lessives sèchent et les mamans à l'ombre des façades papotent entre elles en surveillant d'un œil distrait leurs petits.  

La citadelle de Panama, en cours de restauration est superbe. Ces travaux sont bienvenus, après un long abandon certains bâtiments sont très abimés.

Des calèches promènent les touristes en mal d'exotisme. Le Panama règlementaire sur la tête et vêtus de magnifiques ensembles de lin, ils sont vraiment ravissants. Le cheval de la calèche lui aussi est blanc. Nous espérons que le selfie sera bon.

Panama-septembre-octobre 2017

En face de la citadelle, la ville nouvelle dresse ses buildings de verre. A leurs pieds les deux ports sont côte à côte. Les barques de pêche côtoient les yachts. Camarons y Casino en Panama.

Panama-septembre-octobre 2017
Panama-septembre-octobre 2017

Le Panama c'est d'abord le canal et le pont des Amériques, véritable passage entre Amérique du sud et Amérique centrale.

Une fois franchi le canal nous avons suivi la panaméricaine qui est la colonne vertébrale du pays. Cette route n'est qu'une galerie marchande aux enseignes les plus connues. Enseignes de ( mal ) bouffe, principalement, c'est la grande foire à la consommation, le dollar comme monnaie et idéal de vie.

Il y a peu d'hébergements au Panama et celui ci est très cher, par contre les pompiers sont très sympa et accueillent les cyclo ... 6 jours plus tard, nous arrivions au Costa-Rica.

 

Côté cyclo, la panaméricaine ne nous a pas fait rêver ...                        

Panama-septembre-octobre 2017
Lire la suite

Un été en Colombie

3 Septembre 2017 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #article, #Amérique du sud, #Colombie

Un été en Colombie
Un été en Colombie

 

 

Arriver en Colombie un samedi , c'est l'idéal .

Les colombiens aiment ... le vélo et se retrouver à bavarder devant leur maison . Bien assis , à l'ombre et en musique, salsa ou cumbia . Bulles sonores que nous traversons avec bonheur . 

En entrant en Colombie ce 24 juin 2017 nous retrouvons aussi la chaleur et le tour de France commence . Urvan va t-il mettre fin au règne de Froome ? La Colombie retient son souffle . Avec le décalage horaire nous aurons les fins d'étapes à l'heure du déjeuner . Suspens en direct avec carne asado ou pollo guisado . L'été peut commencer .

 

 

Un été en Colombie
Un été en Colombie

Notre route est fort simple . En arrivant de l'Équateur nous nous dirigeons vers Cartagène où nous prendrons un bateau pour passer au Panama .

 

La Colombie est le pays de l'Amérique du sud le plus peuplé après le Brésil . Après leurs récentes décennies noires les colombiens vivent en paix et profitent d'un formidable essor économique . Partout , les travaux publics ou privés vont bon train , la consommation , le business semblent une grande préoccupation . Avec une croissance à 6% ces dernières années , la Colombie booste de partout . Sur la route également . Nous allons passer un été à slalomer entre les camions dans un trafic de dingue ...

 

 

Un été en Colombie
Un été en Colombie
Un été en Colombie

La vendeuse finit de me rendre la monnaie en me lançant : " Gracias mi amor ! "

En Colombie les dames utilisent quelquefois de surprenantes formules pour remercier un homme pour son achat de café de pain ou de chambres à air . 

Gracias mi corazon , avec un joli sourire et me voilà heureux ... La gentillesse des colombiens est légendaire en Amérique du sud . 

Ils aiment voir des étrangers et nous , les très rares cyclo européens ,sommes en permanence salués et encouragés . Nous rencontrerons 3 cyclo-voyageurs en Colombie en deux mois 1/2... 

 

 

Un été en Colombie
Un été en Colombie

Dés notre arrivée les reliefs plus doux et les larges vallées nous rappellent quelquefois la France . L'élevage bovin est très important et les campagnes toutes clôturées ne nous permettent plus de camper . Nous préférons alors faire étape dans des hospedajes en campagne ,qui sont toujours plus silencieuse que celles des villes . Le bruit est un fléau en Amérique du sud et les sud américains s'en accommodent sans problème . Inversion de situation . Plus le vacarme est assourdissant et plus les gens semblent heureux et détendus . Le monde est une vaste boutique qui n'a pas fini de nous étonner ! 

 

 

Un été en Colombie
Un été en Colombie
Un été en Colombie

En contournant Bogota par l'est nous passons dans les provinces de Caldas et Quindio . Éviter la capitale en allant promener dans les collines de caféiers .  Double aubaine !

La culture du café ordonne le paysage de manière régulière et paisible  . Cela semble façonner également la relation à l'autre . Les gens sont particulièrement souriants et disponibles . Les exploitations agricoles ( fincas ) sont de jolies maisons en bois de couleurs vives , coquettes et fleuries . Les " villages caféiers " semblent sortir d'un catalogue de voyage . Nous resterons 5 jours dans le petit village de Filandia . 

Ensuite , dernier col à 3250 m et dernières côtes avant de plonger dans la grande plaine du nord , jusqu'à Santa Marta et la mer des Caraïbes .

Un été en Colombie
Un été en Colombie
Un été en Colombie

La vieille ville de Cartagène est un bien joli endroit pour notre dernière semaine sud-américaine . Nous quittons ce continent avec l'impression de n'avoir emprunté que des chemins de traverse tant par l'authenticité des rencontres , que par les routes sidérantes de solitude et de beauté que nous avons parcourues .

Cette interminable croisière sud-américaine se termine .

Une autre commence . Le 13 septembre 2017 nous embarquerons pour le Panama et l'Amérique centrale .

Un été en Colombie
Un été en Colombie
Lire la suite

Équateur, la magie des premières fois .

25 Juin 2017 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #Amérique du sud, #Équateur, #Amazonie

Équateur, la magie des premières fois .

L'Équateur . La magie des premières fois .

 

 

- Cuanto cuesta los dos hierbas luisa ?

- Un dollarito .

Depuis une dizaine d'années l’Equateur a adopté le dollar américain comme monnaie . Le dollarito est un " petit dollar " qui vaut ?... un dollar !

Présenté ainsi , le prix est plus doux ...

Peu de voyageurs nous avaient parlé de l'Équateur, coincé entre ces deux grands voisins , la Colombie et le Pérou . La vie y est plus chère et ils n'y avaient pas trainé .

 

 

 

 

Équateur, la magie des premières fois .
Équateur, la magie des premières fois .

Nous nous étonnons qu'une simple frontière marque souvent une rupture géographique . Aussitôt notre arrivée en Équateur, tout fut différent . Le relief se creuse et les nombreux ruisseaux et rivières nous imposent de courtes montées et descentes dans des combes encaissées . Le pourcentage est terrifiant . Alors nous poussons Raymonde et Félicie dans des côtes de plus de 15% . Passée la frontière, la forêt se transforme aussi . D'autres arbres , d'autres plantes semblent d'un coup envahir la route , une voute végétale toise celle ci . Alors la lumière et l'humidité changent brusquement . La température et les odeurs aussi . L'eau ruisselle maintenant de partout . La végétation se tropicalise . L'humidité est poisse. Les murailles de végétations qui nous surplombent , nous étouffent . Quelquefois un trou dans la végétation permet d'entrevoir la vallée . Les rizières du nord Pérou ont maintenant disparues.

 

Équateur, la magie des premières fois .
Équateur, la magie des premières fois .
Équateur, la magie des premières fois .

Pour nous protéger des violentes pluies nocturnes , nous campons invariablement sous les canchas des pueblos et hameaux . Une cancha est un gymnase qui ne possèderait que le toît et les gradins . Nous sommes toujours bien reçus par les familles qui habitent autour . Les fréquentes parties de football qui s'y déroulent réunissent jusqu'à 22 heures la population . L'ordre des matchs est immuable . D'abord les femmes , les hommes puis les enfants se partagent le terrain . Le silence nous réveille après l'extinction de l'éclairage par les derniers passionnés ....

 

 

Équateur, la magie des premières fois .
Équateur, la magie des premières fois .

Notre altitude petit à petit diminue . La chaleur est accablante mais nous sommes heureux d'arriver dans le bassin Amazonien où nous cyclotons en permanence dans les odeurs confites de cette jungle en décomposition . Les chants des oiseaux , toutes sortes de bruits inconnus saturent l'espace . La nuit , ce vacarme est à son comble et nous aimons ce rendez vous nocturne .

Mais déjà cette petite boucle ( de 400 km ) se termine et nous nous dirigeons vers Quito . Une route où nous passons de 200 mètres d'altitude à 4050 mètres avant de plonger sur Quito qui se trouve à 2800 mètres .

 

 

Équateur, la magie des premières fois .

Nous resterons quatre jours à la casa de ciclistas de Santiago, à partager rires , infos et topos avec d'autres voyageurs . Échanges entre ceux qui viennent du Pérou et ceux qui arrivent de Colombie ...

C'est autour de délicieux empanadas confectionnés par Nahuel et les argentins que nous passerons la dernière soirée avant de nous séparer . Un joli départ groupé de neuf cyclo s'éclatant sur les routes de sud-Amérique ! Cela ne nous était jamais arrivé en 5 années de voyage .

 

Équateur, la magie des premières fois .

Une couronne de neige s'est déposée dans la nuit sur le volcan Cotopaxi . Une des dernières averses de neige avant l'été nous précise Santiago . Nous souhaitons tous y voir un signe de bonne route ......

Plus tard dans la journée nous apercevrons une colonne de fumée s'échappant d'un autre volcan ; le Réventador . C'est la première fois de notre vie que nous voyons un volcan fumer devant nous . Minuscules plaisirs des premières fois .

 

 

Équateur, la magie des premières fois .
Équateur, la magie des premières fois .

Hier , à Cayambe nous sommes arrivés à la mitad del mundo . La moitié du monde en franchissant l'Équateur ! C'était là aussi une première fois . Notre quotidien est plein de premières fois et ces minuscules moments sont toujours très plaisants et le plus souvent inattendus . Demain nous reprenons notre chemin . Ce seront nos derniers tours de roues en Équateur . L'immense Colombie est à trois ou quatre journées de bicyclette . La route sera nouvelle et inconnue .

Et merveilleuse ….. La magie des premières fois .

Équateur, la magie des premières fois .
Équateur, la magie des premières fois .
Lire la suite

Terres En Roues Libres - Pérou - Cañon del Pato - Janvier 2017

16 Juin 2017 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #film, #Amérique du sud, #Pérou,

Lire la suite

Nous reviendrons au Pérou !

30 Avril 2017 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #Amérique du sud, #Pérou, #article

Nous reviendrons au Pérou !

Le policier péruvien regarde longuement son écran , fait mine de prendre quelques notes et nous redonne nos documents : 

" Non , la durée de votre séjour est correcte !"  Le tampon en main , il valide nos passeports ... 

Nos visas de trois mois étaient pourtant dépassés de dix jours , nous aurions du payer une amende de 20 dollars . Comme un clin d'œil pour conclure cet ébouriffant séjour de 187 jours , le dernier péruvien que nous croisons nous offre un ultime cadeau . Un temps fort de plus de cette route sud-américaine . 

 

Nous reviendrons au Pérou !

Après l'Argentine , le Paraguay , le Brésil , l'Uruguay , le Chili , la Bolivie voici maintenant le Pérou que nous quittons à contre-cœur . C'était un pur bonheur de se lever le matin depuis 6 mois en sachant que nous allions passer une merveilleuse journée en admirant des paysages hallucinants d'immensité et des scènes paysannes d'un autre siècle . Recevoir mille sourires et une multitude de buenas dias ! buenas tardes !  Auxquels nous répondons  , naturellement . 

 

Nous reviendrons au Pérou !

Mais qu'avons nous fait pour mériter autant ? 

Les gens ici sont pauvres , très pauvres et la vie est dure . Les maisons en adobe n'ont qu'une pièce et accueillent la famille . Ces masures semblent sorties de " Jacquou le croquant " de mon enfance . Les toits en chaume ne couvrent pas uniquement les dépendances disposées en carré afin de fermer l'espace . La vie s'organise avec les animaux depuis toujours . Les campagnes sont pleines de gosses . La natalité est toujours très forte en zone rurale . Les cultures de quinoa et de patates dessinent de jolis patchworks à proximité des hameaux et villages . La désertification rurale n'a pas siphonné les campagnes comme chez nous . Ces équilibres respectés , la vie sociale , culturelle et économique modèlent et rythment en douceur la relation à l'autre , à la nature . Ces observations nous semblent intéressantes dans cette course à la pensée unique et à la mondialisation qui ne semble guère proposer de bonheur ni d'avenir pérenne à notre humanité . Alors nous prenons le temps de voyager lentement et de discuter avec les gens . Ce monde est beau , divers et imprévisible . Nous nous posons souvent pour le regarder et l'aimer . La beauté est là , tous les jours . Il suffit d'ouvrir les yeux .

 

Nous reviendrons au Pérou !

Mais tous ces instants , ces moments d'être, nous ne voulons pas les prendre en photos . Cela nous semblerait une incongruité de rompre cette poésie . Vanité que de s'approprier ces images , ces instants . Ramener tout cela à un sujet photo nous semble vulgaire . Le monde n'est pas un zoo humain . Tant pis pour les photos . Ou tant mieux . Le seul souvenir de cette merveilleuse mosaïque humaine éclaire nos prochaines routes .

Nous reviendrons au Pérou !

Et notre route péruvienne fut toujours exigeante . Il n'y a pas de répit ici . Jamais . L'altitude , le froid , la pluie , les dénivelés les plus dingues furent nos compagnons de route . Nous passerons 11 cols à plus de 4000 m , 1 à plus de 4500 m et un dernier à 4715 m, le long de nos 3580 km péruviens . Passer de la vue d'avion au voyage au centre de la terre en descendant des cols de plus de cent km a été une découverte ! Et monter des dénivelés de 2800 m en continue permet de belles heures d'écoute avec nos appareils audio .

Nous reviendrons au Pérou !

En choisissant de passer uniquement par la montagne nous nous sommes offerts des rencontres , des échanges . Un monde de respect , d'amitié et de solidarité . La solidarité est là . Toujours les paysans nous ont offert un toit , cherché et trouvé une réponse à nos demandes . Là-bas  le monde n'est pas une compétition fait de mépris et d'égoïsme . 

Ces derniers temps les gens nous demandaient naïvement : quand reviendrez-vous au Pérou ? 

Nous reviendrons au Pérou !

Nous reviendrons au Pérou !
Nous reviendrons au Pérou !
Lire la suite

Carnaval à Humachuco

9 Mars 2017 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #Amérique du sud, #Pérou, #Huamachuco, #Carnaval

Carnaval à Humachuco

Début mars ,

Le carnaval de Huamachuco .

La question nous était posée tous les jours . Serons-nous là pour le carnaval ? Les distractions sont rares ici et le carnaval est attendu toute l'année . Huamachuco est la très petite capitale de la province de Sánchez Carrión . À huit cent kilomètres au nord de Lima , Huamachuco centralise les services administratifs mais aussi  la culture , l'économie et la fierté ,de cette minuscule province des Andes . 

Le carnaval est la grande fête de l'année . Chaque quartier de la ville présente un groupe folklorique pour cette première soirée musicale . L'immense courre du collège San Nicolas est noire de monde . Les sept groupes en compétition jouent des compositions originales qui sont prétexte à " las coplas " , joutes verbales où chacun se moque de l'autre . Rires assurés dans le public  ce soir à Huamachuco , sous les étoiles ...

C'est le gymnase du collège qui accueille le public le lendemain pour l'élection de Miss Huamachuco . Les soirées sont fraîches à 3200 mètres pour des Miss en jupette . Indescriptible ambiance où les familles et les quartiers soutiennent leur représentantes . La fanfare de l'armée assure le spectacle . Cymbales , tambours et trompettes disparaissent sous les confettis . Les Miss défilent puis répondent aux questions du présentateur . Les juges , appliqués , noircissent studieusement de grandes feuilles . Sur les gradins le public crie , mange , s'interpelle et danse à sa Miss . Cette année Miss "aguas de los pajaritos" aura l'honneur d'être la reine du carnaval .

Le lendemain ,  les chars sont déjà rangés plaza de armas quand nous arrivons à 10 heures  . La municipalité est sur son 31 et les officiels s'affairent autour de chaque char . Dernières consignes et détails . La parade sera parfaite cette année . Honneur aux chars de l'armée , de la police et de l'école militaire qui défilent en premier , suivis de ceux du collège,  des mineurs et des paysans . Les vivas et applaudissements accompagnent le défilé .Chaque équipage est suivi de sa fanfare et de sa troupe de danseurs , danseuses . Épuisantes chorégraphies de trois ou quatre heures ! Le tour de ville se fait à pas lents devant la foule amassée le long du parcours . Pas de différence vestimentaire ici à Huamachuco entre les troupes du défilé et les spectateurs . Habits traditionnels pour tout le monde !

Les semaines suivantes (nous restons un mois et demi à Humachuco) les téleviseurs des boutiques et restaurants diffuseront en boucle la cassette du carnaval .

La ferveur , la simplicité , l'authenticité de cette journée sont un résumé de nos 5 mois au Pérou . Le désir de vivre dans l'allégresse des moments de partage révèle toujours  la bonne santé d'une société .

Carnaval à Humachuco
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>