Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Brésil 2016 Traversée du Pantanal Mato Grosso Do Sul

8 Février 2016 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #Brésil, #Amérique du sud, #Pantanal

Miranda ,
Estato dé Mato grosso do sul . Brésil .

La Traversée du Pantanal
Le 8 février 2016 .

Cette journée de repos et d'intendance est arrivée plus tôt que prévu ... Ce
matin nous avons jugé opportun de ne pas reprendre nos bicyclettes afin de remettre à jour le " basique " .
Qu'est-ce que le basique me direz-vous ? Et bien c'est la première intendance , l'intendance quotidienne , lessive ,approvisionnements et" mise à jour " des bicyclettes . Parce que nos trois derniers jours de route ont été particulièrement exigeants ...
L'étuve de cet immense marais de 220 km a eu raison du peu de linge dont nous disposons . Il est vrai que la pluie incessante en cette saison a fini de nous rincer ... Mais cycloter sous les orages tropicaux par 30° nous a évité les hallucinantes températures de la semaine dernière . Nous étions ravis .
Cette traversée du Pantanal nous la redoutions tellement que nous avions prévu de monter dans le train aussitôt la frontière bolivio-brésilienne franchie . C'est en arrivant à Corumba au Brésil que nous apprenons que la ligne Corumba-Miranda n'existe plus depuis une dizaine d'année ...
Très vite , nous comprenons que ce milieu est hostile , très hostile ! La présence des nombreux crocodiles et serpents écrasés ( tous d'une taille supérieure à deux mètres ) sur la route nous invite à ne pas envisager un campement , même à l'arrach ! Le talus sur lequel est posée la route est de toute façon bien étroit . Nous camperons alors une première fois au
bord du fleuve Paraguay . Notre nouvelle moustiquaire nous permet de dormir correctement mais il est impossible de sortir de la tente car une centaine de moustiques s'y engouffre aussitôt . La toiture en ruine de cette ancienne véranda qui nous abrite ce soir n'est pas suffisante pour nous protéger de la pluie matinale et nous plions notre campement sous les dernières nuées de moustiques .
Nous demanderons le soir au poste de police du kilomètre 120 de pouvoir planter notre tente derrière leur immense moustiquaire ... La police brésilienne est bienveillante . Nous le savions depuis notre premier séjour en 2014 . Ainsi cette deuxième nuit de notre épique traversée du Pantanal se passera bien ... malgré les scolopandres et les mygales toujours à redouter .
Déjà la semaine dernière une énorme mygale traversa entre les tasses à café , le pain et le miel du petit déjeuner . C'est agacant .
Le Pantanal est un immense marécage en zone subtropicale humide . La route Corumba Miranda le borde par le sud . Nous reprendrons cette même route pour revenir à Santa Cruz prendre notre avion du 14 mars pour la France .

Lire la suite

Voyage en Bolivie . Janvier 2016

8 Février 2016 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #bolivie, #Amérique du sud

Voyage en Bolivie ,
Janvier 2016 .

Du goût et du tempérament .

La difficulté d'aller manger sur les marchés de Bolivie c'est de ce décider !
piquante de pollo ou sopa de choclo ? Ou bien pieds et couennes
de porc ou chuleta con papas ?

Deux fois par jour nous hésitons ... parce que ce pays a du goût et du tempérament .
Les cyclos que nous croisions depuis deux ans nous l'avaient tous dit : la Bolivie , vous allez adorer ! Aussitôt passée la frontière nous avons effectivement été sous le charme des femmes en habits traditionnels , de cette pagaille bon enfant que nous avions vu en Afrique ou en Asie . Les petites roulottes de rue proposent des plats succulents et mille détails nous enchantent . Les cireurs de chaussures cotoient les vendeurs de ceintures , de copies de CD , de sucettes , de beignets . Les cigarettes s'achètent à l'unité et les premières recharges pour les portables coutent cinquante centimes d'euros . Petits métiers de rues et système D pour tous, pour gagner certainement bien peu .
Nous sommes là à des années lumières de l'Amérique du sud occidentalisée dans laquelle nous étions . L'Argentine , le Brésil et le Chili sont bien loin malgré des frontières communes .
Nous aimons cette route bolivienne où il n'y a pas de repos . Ici les cols sont énormes et se succèdent sans répit . Ils nous faut souvent monter près de mille mètres de dénivellés chaque jour . Mais la première difficulté , c'est l'altitude ! Au delà de trois mille mètres , le souffle est court , la récupération très lente . L'autre jour , nous étions heureux d'arriver à
Potosi par la route de Tupiza qui passe à 4430 mêtres . Du goût et du tempérament ...
Nous descendons depuis quelques jours vers le bassin Amazonien , le " verger de la Bolivie " . Petit à petit les paysages changent et notre route toujours lente nous permet d'en apprécier chaque détail . Maintenant les reliefs s'assagissent et les vallées plus larges sont couvertes de cultures .
Potagers et fruitiers se succèdent et s'imbriquent dans une mosaïque de couleurs . Goyaves , papayes , pastèques et mangues sont proposées au bord de la route par les enfants des campésinos . C'est l'été et l'école reprendra le 3 février ...
La saison des pluies est bien installée . Averses quotidiennes que nous préférons éviter . Elles ne cessent de s'intensifier désormais . Les toits des gymnases ouverts des villages nous protègent des orages nocturnes . Cycloter sur les chemins de terre détrempés est compliqué . Mais le visa de 90 jours non renouvelable proposé aux étrangers nous oblige à prendre la route tous les jours . Le Pérou est encore très loin ! ....
Du goût et du tempérament ...

Lire la suite