Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

De Rosario

16 Mars 2014 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #article

De Rosario

Rosario ,
Manuel Belgrado créa ici en 1812 la nation argentine .Cette ville pleine d'histoire profite d'un climat plus doux que Buenos-aires . Avec un côté " charme discret de la bourgeoisie " la ville s'étire  le long du fleuve Paranã . De jolis parcs y accueillent joggeurs et familles .
C'est aussi la grande ville universitaire de l' Argentine . Le vieux centre est à la fois cossu et branché , bourgeois et bohême .
Nous aimons ces télescopages de styles . Populations mêlées pour des soirées plutôt tango ou électro , il est agréable de sortir .
Ce lundi , soirée milonga pour nous au Chamuyera , rue Corrientes . Ce soir , pour rentrer , nous descendrons " la Corrientes " et passerons devant la maison natale d' Ernesto Che Guevara  .
Comme tous les soirs .
Mais vous ais- je seulement dit que le Che était natif de Rosario ?
Michel

De Rosario
Lire la suite

Les argentins aiment les voyages et les voyageurs

14 Mars 2014 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #journal d'Argentine

Les argentins aiment les voyages et les voyageurs
Les argentins aiment les voyages et les voyageurs
Les argentins aiment les voyages et les voyageurs

Les Argentins aiment les voyages et les voyageurs.

Ici , on ne s’ ennuie pas dans les villes au feu rouge , il y a toujours le passager ou le conducteur de la voiture arrêtée à notre hauteur qui nous interpelle :

¿a donde van? ¿de donde vienen? ¿de qué país ?

suerte ! suerte !

C’est chaleureux et sympathique . Depuis notre départ de Buenos-Aires , notre chemin est parsemé de belles rencontres .

Le hasard et l’imprévu guident nos roues.

En sortant de Buenos-Aires nous nous sommes retrouvés un peu pommés, dans une immense zone moitié industrielle , moitié chantier en construction avec très peu d’indication pour en sortir .

C’est ainsi que nous avons rencontré Marisa et ses amis .

Ils étaient en ballade à bicyclette et lorsque nous leur avons demandé notre chemin, nous nous sommes retrouvés embarqués à leur suite , pédalant en direction de leur village distant d’ une vingtaine de kilomètres .

Marisa me raconte sur le trajet que son grand père est Français , de Bordeaux , mais qu’elle ne parle hélas que les quelques mots appris à l’ école . Elle me récite le début d’ un poème de Prévert , tout ceci avec l’ accent espagnol et le chuintement argentin , c’est adorable .

Il a mis le café

Dans la tasse

Il a mis le lait

Dans la tasse de café

Il a mis le sucre

Dans le café au lait

Avec la petite cuiller

Il a tourné

Il a bu le café au lait

Et il a reposé la tasse

Sans me parler ….

Elle a 46 ans, quatre enfants , un mari qui dirige une société de transport. Elle a renoncé depuis quatre ans à exercer son métier d’institutrice, c’est très mal payé ici , plus gratifiant de rester à la maison .

On pédale en se racontant nos vies dans un langage emmêlé de mots d’anglais, d’espagnol de français et l’on rit beaucoup .

Arrivés à Belen de Escobar nous partons à la recherche d’un petit hôtel « muy barato » et nous nous donnons rendez-vous après la douche pour une soirée « asado » grillade.

Marisa passe nous prendre à l’hôtel pour une visite de son village .Elle a laissé son mari s’occuper ce soir des quatre enfants et de la maison … nous irons faire leur connaissance pour le café .

Quelle belle famille. Quelle gentillesse émane de la petite troupe qui vient s’ assoir autour de la table avec nous .

Ils sont contents de nous recevoir et nous posent mille questions sur notre voyage .

Sergio,le mari de Marisa nous conseille sur notre prochaine destination, il connait très bien les routes d’ Argentine , ces avis nous serons très utiles pour la suite .

Nous nous quittons un peu tard un peu tristes en nous promettant de nous revoir à notre retour sur Buenos-Aires au mois d’ août . Les enfants se disputent la banquette arrière de la voiture, la plus petite sur les genoux de Michel pour un joyeux retour à l’ hôtel .

Buen viaje ! Suerte ! Suerte !

Marisa nous avait dit que nous trouverions des campings en bord de rivière dans la région de Barradero .

Là bas tout est organisé pour un des sport préféré des argentins

‘la pêche’.

Magnifique et bucolique à souhait .

Quelques troupeaux gardés par des cavaliers nous rappellent que nous sommes en Argentine au pays des gauchos.

Lire la suite

Album Argentine

14 Mars 2014 , Rédigé par terresenroueslibres Publié dans #Album Photo

Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Album Argentine
Lire la suite

Bonne arrivée à Buenos-Aires

3 Mars 2014 , Rédigé par terresenroueslibres

P1060703

 

Deuxième journée sous le soleil . Hier nous avons effectué une longue promenade à pied jusqu’au centre qui se trouve à 5 km du quartier populaire où nous nous trouvons.
Premières impressions sud américaine dans cette immense ville de 13 millions d’ habitants. Et ce premier regard est très agréable, depuis l’instant où le policier à l’ aéroport me demande en souriant l’origine de ma casquette irlandaise….Puis il nous a été simple de mettre nos 2 cartons vélos et nos bagages dans un taxi . Ici la plupart sont des Renault Kango .Pas bête !
Nous restons à Buenos Aires cette semaine : pour écrire, remonter Raymonde et Modestine ( nos bicyclettes ), prendre l’air, écouter l’ herbe qui pousse ( ça va être dur ici ),vérifier si les Argentines sont les plus belles femmes du monde comme on

me l’ a affirmé …. et décider enfin de notre prochaine route .

Sans oublier d’ aller danser le tango samedi soir !

 

P1060736


15h .Retour de déjeuner dans un restaurant ouvrier qui se trouve un peu plus loin dans la rue . Empanadas et plat du jour pour 7,5 € pour deux avec télé à fond . Ambiance latino dans ce quartier de dock très amoché par la crise, enfin la dernière avant la prochaine. Bâtiments industriels fermés et tagués. des affiches , plus toutes jeunes proposent «  se vende » à d' improbables acheteurs .
Aujourd’hui nous remontons Raymonde.
Hier il n’y a eu aucune casse pour Modestine … nous espérons  !

 

P1060718

 

Buenos- Aires . La Bocca .
Dimanche
Ce matin , la rue est déserte et les tiendas sont fermés . Pas grave . Le petit " déj " oeufs au plat  café c'est sympa aussi .
Hier soir les bars à tango du quartier étaient bondés et nous sommes rentrés tard nous aussi au milieu des rires avec nos voisins de l'avenue Osvaldo Cruz .  Pomi ,notre logeur nous a dit d'aller chez  Laurentes  pour écouter le tango des " argentins "
Cette maison de 1893 aligne ses vieilles baies vitrées à l'angle du carrefour . Ainsi la scène se niche dans l'angle et ce soir la piste de danse semble bien petite pour recevoir tous les danseurs .
Les femmes , élégantes , portent robes et jupes fendues sur le côté  . Tango oblige .

Les hommes sont tout aussi élégants , cheveux gominés ou pas . Ambiance .
Ici le tango c'est sérieux . Il est inscrit au patrimoine de la ville de Buenos-Aires . Des écoles l'enseignent à un public jeune . Gotan project et d'autres formations musicales le présente maintenant de manière plus moderne .

 

Buenos-Aires 0016

Lire la suite